×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    L'Edito

    Fabuleux argument

    Par Nadia SALAH| Edition N°:4791 Le 09/06/2016 | Partager
    salah_nadia_2015.jpg

     

    Mais quelle mouche a donc piqué le chef du gouvernement? Le voilà qui vante les mérites de l’informel, en public, lors du colloque de son allié gouvernemental, le ministre des Finances, sur la construction du modèle de l’émergence  marocaine; pas n’importe quel allié puisque c’est celui qui est préposé à améliorer le recouvrement des impôts (Cf. www.leconomiste.com des 3, 6 et 7 juin 2016).  Cela est déjà un gros, un énorme impair vis-à-vis des finances publiques et derrière elles, un tort grave causé à l’Etat.
    Cela va plus loin.  
    Dans le respect des normes sociales que Miriem Bensalah-Chaqroun,  la patronne des patrons, réclame, encore et toujours, il y a la sécurisation des familles, la mise à l’abri de la misère de toute une partie de la population.
    Benkirane a raison de dire que cela ne se fait pas en un claquement de doigt. Mais il a grand tort de laisser passer l’idée qu’on peut s’en affranchir.
    Il ouvre la boîte de Pandore, d’où sortira forcément le recul du niveau social des Marocains. Et ce au moment où la politique économique navrante menée par son équipe  engendre aussi des reculs sociaux.
    Et enfin, quand on mobilise la police judiciaire pour dissuader les fraudes au bac, que penser d’un message, comme celui du chef de gouvernement, passant par pertes et profits les fraudes fiscales et sociales? Ce n’est quand même pas le même genre de conséquences!
    Où sont culture solidaire, l’esprit citoyen, la rectitude du comportement et la bonne gouvernance que son parti veut mettre au cœur de sa campagne électorale? Nul besoin d’être grand clerc pour comprendre que les ondes de choc ne sont pas près de s’arrêter.
    Si un chef de gouvernement trouve des excuses aux  escrocs n’ayant payé ni impôts ni charges sociales, quel fabuleux argument pour les  autres fraudeurs de tous poils!

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc