×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Esclaves

Par L'Economiste| Edition N°:2149 Le 11/11/2005 | Partager

Les attentats d’Amman viennent nous rappeler que le «ventre de la bête est encore fécond». Cet adage que l’on réservait jusqu’ici au fascisme, s’applique aujourd’hui au mouvement djihadiste.Le terrorisme continue à nous menacer. Il faut bien avoir conscience que c’est une menace planétaire dont les enjeux dépassent chacun des pays pris isolément. Il ne peut y avoir qu’une action planétaire pour réagir et tenter de juguler ce mouvement.Amman pourtant a entamé des pas dans le sens de la démocratie. Elle fait même participer les islamistes modérés à l’exercice du pouvoir. La Jordanie croyait ainsi couper la route à l’extrémisme. Erreur fatale.Ces gens-là ne veulent pas participer. Ils ne veulent pas composer. Ils veulent tout, sans partage. A leurs yeux, tout ce qui n’est pas eux est impie et donc indigne de vivre.Parler démocratie avec ces gens-là n’a aucun sens. Ils représentent le totalitarisme le plus absolu. A côté de leur projet, les nazis étaient bien tièdes!Actuellement, le problème des pays musulmans, c’est que les modérés, les gens normaux n’ont pas tous encore compris le fait que c’est leur vie elle-même qui est en jeu. Il ne s’agit pas seulement du mode de vie, il s’agit bien du droit à l’existence des personnes qui est contesté.L’aune à laquelle devrait se mesurer l’attachement aux droits de l’homme et aux progrès de la société devrait être la force du rejet du terrorisme et la combativité que l’on met en œuvre à son endroit. En effet, ces gens-là veulent nous imposer la logique du maître et de l’esclave où les gens ordinaires ne seront que les esclaves, sur lesquels, les extrémismes auront droit de vie et de mort, comme le montrent déjà les actes terroristes.Pour un musulman qui souhaite vivre paisiblement, l’heure est venue de cesser de jouer la carte de la majorité silencieuse.Abdelmounaïm DILAMI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc