×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    En capitale

    Par Nadia SALAH| Edition N°:4992 Le 30/03/2017 | Partager

    Identifiant Scald invalide.

    Dans une dizaine d’endroits, y compris les lieux de concert et sur les murs, et ce jusqu’au 28 avril, Rabat fête ses racines et ses réseaux d’art continentaux.
    C’est la première fois qu’un rassemblement «multi-arts» d’une telle ampleur est présenté au public. C’est aussi la première fois qu’une opération est montée par plusieurs intervenants, qui se complètent à souhait… On sait tous ce qu’une telle entente doit aux coups de pouce royaux…

    Il n’est pas interdit non plus de voir, dans cette coopération entre de multiples  intervenants, un clin d’œil du destin. Au Maroc, les Marocains déploient beaucoup d’énergie pour se disputer, quitte à faire capoter les projets communs. Mais dès qu’ils sont en mission sur le continent, les voilà qui se montrent organisés et collaboratifs, au point d’en avoir fait la réputation du Royaume. Les optimistes diront que l’Afrique révèle les meilleurs traits des Marocains et oublie pudiquement les autres. On en acceptera l’augure, sans oublier ce qu’Afrique en Capitale doit à l’énergie et l’entregent de Mehdi Qotbi, le président de la Fondation nationale des musées.

    Pour le public, c’est évidemment une très grande chance d’avoir à disposition une telle introduction à diverses productions artistiques.
    La musique, elle, est enregistrée en concert. Il est toujours possible de la reproduire (en respectant les droits d’auteur!) et de la diffuser. La nature de l’art plastique, dans ses diverses déclinaisons, ne lui ouvre pas de telles possibilités. Quand les expositions vont fermer leurs portes, il n’en restera que le souvenir et les photos.

    Est-il vraiment impensable d’enraciner, à Rabat ou quelque part dans le Royaume, ce qui a été commencé? Impensable de créer un conservatoire permanent, dynamique et ouvert au public pour l’art du continent?

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc