×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Défaites

Par L'Economiste| Edition N°:3978 Le 28/02/2013 | Partager

Le sport a besoin d’un plan d’urgence...
Lorsque les joueurs de foot d’un des plus grands clubs,  le Wydad,  font grève pour non versement des primes,  qui cautionnera  la situation financière chez les plus faibles, à Rapid Oued Zem,  ou à Amal Tiznit...?
Lorsque les dirigeants se plaignent, comme c’est arrivé la semaine dernière pour un autre grand club, le MAS, de payer de leurs poches, qui osera un pari sur la solvabilité des clubs?
Lorsque des championnats d’autres sports collectifs comme le basket, le handball notamment ont été suspendus pendant plusieurs semaines, qui garantira la qualité de la  gouvernance dans cet écosystème?
Les crises se multiplient. Elles sont révélatrices. Ici,  de dysfonctionnements où l’inflation des salaires des joueurs est  plus importante que les budgets des clubs. Là,  d’opulence éphémère où l’arrivée de rares milliardaires-dirigeants  cache les fragilités d’un géant d’argile.
La structuration du système sportif au Maroc continue de se heurter à des résistances. Le pire c’est que la réforme du sport n’a pas cessé de vendre des chimères. Particulièrement depuis le gouvernement précédent qui a promis le professionnalisme. L’échafaudage réglementaire pour instaurer de véritables règles de bonne gestion, attirer de l’investissement, est incomplet. Ces bizarreries ont été très vite repérées par les entreprises dont très peu acceptent de jouer le jeu du sponsoring sous peine d’y laisser des plumes. Le politique donne l’impression de se passionner vraiment pour ce secteur. Peu importe si les signaux d’alerte se multiplient, si les performances sportives  disent autre chose, si les équipes nationales se contenteraient de Wild cartes pour vivre heureuses,  et que les seuls records battus en athlétisme sont, en dehors des paralympiques, ceux des substances dopantes. Et  à chaque fois le public contemple les défaites en se prenant à espérer...

Mohamed Benabid

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc