×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Décret

Par L'Economiste| Edition N°:1825 Le 04/08/2004 | Partager

Le pays travaille si peu, en ce mois d'août, qu'on le dirait en grève générale. C'est donc la meilleure période pour légiférer en la matière. La grève ayant toujours été un sujet passionnel, autant le traiter dans ce calme aoûtien, en promulguant les décrets tant attendus.Les dégâts de la grève non réglementée viennent d'être rappelés dans le Discours du Trône, “la grève sauvage entraînant la grève de l'investissement”. Pourtant, le code du travail a beaucoup fait, donnant à chaque force sociale le cadeau qu'elle voulait: au patronat la barémisation de l'indemnité de licenciement, aux syndicats une reconnaissance dans l'entreprise, par un comité consultatif. Mais ce code du travail, négocié 20 ans, deviendra inutile si les décrets d'application sur la grève ne sont pas publiés: ce vide juridique permettra les exercices de rapports de force, plus valorisants que le respect d'un code. Notre gouvernement reporte ces décrets, mais s'occupe à promulguer une série d'autres sur des sujets faciles comme la création d'économat et le repos hebdomadaire… S'il peut demander “l'avis” des syndicats et du patronat sur un décret, il ne peut le suspendre à un consensus; il est le gouvernement, il “décide” et décrète.Il faut rappeler que les syndicats et le patronat participent à légiférer par leurs représentants à la Chambre des Conseillers, et non pas par des réunions informelles, même redorées par les mots “tripartites”, “partenaires sociaux” et “Dialogue social”. Il faut aussi rappeler que les capacités de proposition, de résistance et de nuisance des syndicats sont plus limitées que jamais, avec des effectifs légers, et des leaders vieillis ou éclaboussés par des scandales financiers. Que peuvent-ils faire s'ils trouvent des décrets ficelés en septembre? Au pire… lancer des grèves, dans le respect de ces décrets.Khalid BELYAZID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc