×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Cryptomonnaie

    Par Mohamed BENABID| Edition N°:5538 Le 19/06/2019 | Partager
    mohamed_benabid.jpg

    L'échec économique et politique des bitcoins a rassuré pendant longtemps l’industrie de la banque et des marchés financiers sur l’absence de risque technologique à court terme.

    L’erreur serait qu’il les dissuade d’explorer les contours des territoires nouveaux qui se profilent.

    La première mondiale de la cryptomonnaie de Facebook en est une. Elle sera un test grandeur nature de la capacité des acteurs du web à se déployer sur les couches économiques et financières.

    Là où le bitcoin dans ses premières versions, n’avait pas dépassé le statut de curiosité technologique, incapable de convaincre sur sa capacité à assurer les fonctions monétaires classiques, les arguments semblent aujourd’hui beaucoup plus costauds. Et pour cause, les cryptomonnaies mobilisent un cheval de Troie: la blockchain. C’est même le vrai sujet.

    Cette technologie est devenue moins exotique depuis qu’elle est arrivée à bousculer une chasse gardée du système bancaire, le tiers de confiance qui permet de faciliter les transactions entre acheteur et vendeur.

    A ce titre, le changement est véritablement disruptif et interpelle de plein fouet les modèles économiques des banques. Dans une variante plus controversée de l’histoire, il convient de s’arrêter sur les incertitudes qui subsistent. Comme pour les garde-fous en matière de contrôle, de gouvernance, de la ligne rouge qui pourrait être franchie, avec pour la première fois une entreprise, et non un Etat, qui commence à «battre monnaie».

    Ces incertitudes posent de manière collatérale, comme s’en est inquiété un moment le wali de la Banque centrale, la question de la capacité de résilience du système classique, d’adaptation de la régulation, face à l’éventualité de risques systémiques.

    Pendant combien de temps encore les économies émergentes comme le Maroc, en retard sur la vieille Europe, elle-même en retard sur les marchés américains, peuvent se tenir à l’écart des rouleaux compresseurs qui s’annoncent?

     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc