×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Convaincre

    Par L'Economiste| Edition N°:3504 Le 08/04/2011 | Partager

    Agenda chargé pour les parlementaires qui font leur entrée des classes ce vendredi. En effet, le travail doit démarrer sur les chapeaux de roue. Les gros dossiers qui les attendent sont importants: les tribunaux de proximité, l’organisation judiciaire, les activités de logistique… En tout, 37 textes sont sur les bureaux des deux chambres, une vingtaine doit arriver dans les prochains jours, à la faveur du dernier Conseil des ministres. Sans parler des lois électorales qui nécessitent un consensus entre le ministère de l’Intérieur et les dirigeants des partis.
    Cette rentrée sera une épreuve historique pour la Chambre des conseillers. Celle-ci est directement concernée par la révision de la Constitution. En effet, sa composition devra changer. On sait déjà que les conseillers, élus à la faveur des Chambres professionnelles et des centrales syndicales, vont quitter l’institution qui sera l’émanation exclusive de la représentation territoriale.
    La question qui se pose aujourd’hui est de savoir quel sera l’impact de la réforme de la loi fondamentale sur les débats dans l’hémicycle. Jusque là, le Parlement a brillé par son absence dans l’emballement des discussions. A croire que les députés ont expressément opté pour le profil bas. Et pour cause, ils ont été interpellés par la rue, souvent malmenés au cours des dernières semaines. Il n’y a pas eu une seule marche à travers le pays sans que la foule ne réclame la dissolution du Parlement. Attention, ce n’est pas le moment de baisser les bras! Au contraire, il faut profiter de cette opportunité pour mieux rebondir. Les élus doivent retrousser leurs manches et se mettre sérieusement au travail. C’est le prix à payer s’ils veulent démontrer qu’ils sont à la hauteur des défis qui attendent le pays. En fait, ils n’ont que trois mois, la durée de cette session, pour convaincre.

     

    Mohamed CHAOUI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc