×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Confiance

Par Nadia SALAH| Edition N°:5504 Le 26/04/2019 | Partager
nadia_salah.jpg
 

C'est un débat national comme on en a rarement vu. La masse des contributions personnelles ou collectives, aux 3es Assises de la fiscalité, est impressionnante. Dans notre rubrique «Tribune», par exemple,  la fiscalité arrive en tête, loin devant l’éducation, l’agriculture et les femmes. 
Il y a l’effet Assises, mais pas seulement. En effet, il y a 30 ans, les impôts étaient des sujets importants, mais il s’agissait plutôt de discuter la manière de les appliquer, avec parfois un niveau de détail surprenant. Puis, petit à petit, le sujet s’est amoindri, abordé sous l’angle de la politique économique, avec une baisse de la compétence moyenne pour entrer dans les détails. Une légende circulait chez les professionnels  de la comptabilité: «ne parlez jamais sinon vos clients auront un contrôle fiscal». Il y a bien eu quelques cas douteux, mais, honnêtement, difficile d’y voir la preuve d’une vengeance. 
Il n’empêche que la vérité est ce qu’on croit vrai, pas forcément ce qui est réel.  En revanche, ce qui était vrai et réel parce que tout le monde le voyait de ses propres yeux, c’était l’inégalité de traitement d’activités identiques pour des revenus similaires. D’où l’opposition farouche à l’augmentation du nombre d’inspecteurs. S’il y en a plus, l’iniquité frauduleuse empirera: raisonnement logique mais erreur d’informations.
Puis, à tout-petits pas, a commencé quelque chose de nouveau, à base d’informations. L’administration fiscale a expliqué, chiffres à l’appui, que peu d’entreprises payent les impôts, qu’il y a des niches fiscales qui détruisent les équilibres économiques, que l’informel de pauvreté sert de faux-nez à la fraude… L’injustice a réveillé les plumes des experts et les moins experts et leur sentiment de confiance les pousse à donner leurs avis. 
Pour reconstruire le modèle marocain, il faudrait que toutes les Assises de 2019 arrivent au même niveau et ne soient pas l’estrade promotionnelle du ministre. 
Nadia SALAH

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc