×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Comportement safe

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5827 Le 24/08/2020 | Partager
dr_mohamed_benabid.jpg

Le confinement n’est ni facile ni agréable pour personne. Et surtout pas pour ceux qui subissent les contrecoups extrasanitaires de la pandémie. A en juger par le redurcissement de ces derniers jours, il n’est pourtant pas exclu de revivre pareil scénario.

Depuis plusieurs semaines, les arguments qui plaident pour l’urgence à agir se multiplient, Marrakech illustrant à elle seule l’effondrement d’un système de santé publique avec un personnel hospitalier débordé et exprimant désormais dans la rue sa colère.

Dans la liste des mesures imposées, certes c’est surtout l’entrave à la liberté de circulation qui marque les esprits. Sous ce prisme, le traitement de la crise s’apparente à un objet politique en phase d’expérimentation.

La comparaison s’arrête là. C’est en effet oublier que le problème du Covid-19 a été posé au Maroc en des termes médicaux avant tout. L’Etat y était dès lors appelé à exercer ses pouvoirs de police pour prévenir les risques. Une orientation assumée, mais pas simple à double titre.

D’abord les compromis entre les besoins sanitaires, les impératifs socioéconomiques et les aspirations de  liberté nourrissent un trilemme sur lequel il existe très peu de marge. Comment pourrait-il en être autrement sur un sujet où on le sent bien, les connaissances semblent très volatiles et où tout est possible!

Ensuite il aura fallu dès le départ composer avec la pression populaire d’une morale de devoir simple: «il aurait fallu faire ci», «il aurait fallu faire ça»...

En appelant à un sursaut national du comportement safe,  les dernières mises en garde du discours royal ne peuvent être comprises autrement. Elles renvoient les citoyens à s’approprier ces enjeux, à jouer  le rôle de stabilisateurs dans  une configuration où l’interdépendance des décisions alimente un jeu à somme nulle.

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc