×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Coming-out

Par L'Economiste| Edition N°:3967 Le 13/02/2013 | Partager

Jusqu’à une période récente, il était fortement déconseillé de révéler aux cancéreux la nature de leur maladie. Entre-temps les protocoles médicaux s’en sont affranchis, les bénéfices de la transparence s’avérant plus intéressants à négocier dans l’éventualité d’une guérison.
Le devoir de vérité... c’est à ce rituel que s’est soumis le gouvernement sur les finances publiques. En faisant preuve de réactivité  autour du déficit budgétaire, Nizar Baraka a véritablement innové. Même si le service des Finances qui a buggé sur les «retraitements» des statistiques mérite une tirée d’oreille,  et même si la coordination entre administrations en prend un coup (le HCP ayant organisé sa sortie sur le même sujet deux jours avant), il faut s’arrêter sur les bienfaits de ce coming-out économique.
Il n’est certes pas dénué d’arrière-pensées «communicationnelles» de crise. Ce n’est pas spécialement le genre d’information qu’un gouvernement tient  à exprimer, et vraisemblablement les agences de notation n’ont pas envie de passer l’éponge comme en témoigne le dernier rating de Moody’s. En dépit des hésitations de calendrier,  faire admettre qui plus est qu’il faut en finir avec le système redistributif à guichet ouvert peut constituer une redoutable tâche, voire un désastre sur le plan électoral.
Cependant, l’exercice est inévitable: les marchés y tiennent. Les investisseurs aussi.
Le Maroc aura de plus en plus à expérimenter des démarches de ce type, où il ne suffit plus de se contenter de raconter des histoires mais d’être crédible.  Il ne s’agit pas seulement de prêcher la bonne parole lors des road-show, ce que le Maroc a su brillamment  faire pour sa sortie à l’international. Il faut avoir aussi cette capacité à réajuster  des hypothèses qui peuvent devenir rapidement irréalistes, appeler un chat par son nom lorsqu’il le faut... Sans paniquer.

Mohamed BENABID

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc