×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Chef de gouvernement

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5329 Le 06/08/2018 | Partager
    nadia_salah.jpg

    Il sait que la société est inquiète: le chômage résiste, un jeune sur trois est exclu, le pouvoir d’achat baisse, non pas par la hausse des prix, mais parce que la croissance est devenue très maigre.

    Le Chef de gouvernement, Saâdeddine El Othmani, maîtrise ses dossiers. Si un détail lui a échappé, alors il écoute et construit rapidement le cadre mental nécessaire. Et il rectifie, sans acrimonie ni l’aide de conseillers, le chiffre faux ou mal compris que lancent ses interlocuteurs.

    Apparemment le pouvoir ne le grise pas. Il le conçoit comme un devoir, pas comme une puissance, ce qui va sans doute lui rendre difficile l’introduction des réformes: au Maroc, comme ailleurs, tout le monde veut des réformes, mais à condition qu’elles ne s’attaquent qu’aux autres.

    Avec le Roi, les relations sont claires, même si le droit de nominations et renvois est vu dans un sens favorable au Trône. Pour El Othmani, c’est la Constitution, c’est notre démocratie. Il ne veut pas que cette question encombre son agenda.

    Il affirme que les relations dans son parti sont au mieux, mais peut-il dire autre chose tant que la victoire ne sera pas à 100% dans son camp? En tout cas, le fqih-psychiatre a déjà bien cornerisé son prédécesseur, ce qui lui laisse les mains libres sur des thèmes chauds comme le carburant, le dialogue social ou les retraites des élus.

    Avec la coalition gouvernementale, il y a de tout. Il prend la défense, sans convaincre, de la politique industrielle. Mais visiblement, il n’a pas le début d’une solution pour la grève de la RAM ou l’absence de politique touristique.

    Quoi qu’il en soit, c’est un chef de gouvernement, il y a longtemps qu’on n’en avait pas vu. On sait qu’il est une pièce importante dans la reconstruction de la croissance.

    ------------------------------------

    Voir les vidéos sur leconomiste.com, assabah.press.ma et suivre les entretiens sur Atlantic Radio. Demain, dans L’Economiste, un grand dossier complet avec El Othmani, et les détails commentés et analysés.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc