×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Capharnaüm

    Par Nadia SALAH| Edition N°:5534 Le 13/06/2019 | Partager
    nadia_salah.jpg

    C'est une vraie manie: chaque fois qu’on emploie le mot «revendication», on s’empresse de lui coller l’adjectif «légitime», sans rime ni raison.

    Les étudiants des facultés de médecine, par nature financés par l’Etat, c’est-à-dire par nous tous, «protestent légitimement» contre le concours commun. Leurs leaders expliquent que le concours commun (avec les étudiants du privé) c’est de la «concurrence déloyale».

    C’est de l’auto-dénigrement plus une sorte de trahison envers tous les camarades. Que diraient-ils de l’épicier qui leur recommanderait de ne pas mélanger ses tomates avec celles de son voisin parce que ces dernières sont bien meilleures.

    On n’en croit pas ses oreilles. Mais ce n’est pas tout. Si le gouvernement est assez hypocrite pour entrer dans ce jeu, alors tous les citoyens doivent exiger de faire ce que le concours ne fera pas, c’est-à-dire trier les bons des mauvais. Tous les cabinets, toutes les blouses devront porter la mention: «diplômé du public» ou «diplômé du privé». Si un concours fait la distinction, alors les résultats du concours doivent aussi être clairement distingués.

    Et ce n’est pas tout. A travers ce mouvement des étudiants, les citoyens ont découvert trois choses.

    D’une part, les étudiants eux-mêmes ne font pas confiance à leur propre formation, sinon pourquoi voudraient-ils des concours séparés?

    D’autre part, nul ne s’est inquiété de la qualité de l’enseignement, alors que les gens confient leurs corps, leurs enfants… à ces hommes et ces femmes. Qu’est-ce que c’est que ce capharnaüm? Pourquoi les Marocains parlent-ils d’ignorance et de corruption?

    Et enfin, peut-être le pire de tout: qui s’est chargé de leur apprendre la logique? Pourquoi ces jeunes gens et jeunes filles déclinent-ils des arguments qui les disqualifient?

    Non, toutes les revendications ne sont pas légitimes, car s’il y a une profession où l’on ne peut admettre que l’excellence, c’est bien la médecine.

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc