×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Camelote

Par Dr Mohamed BENABID| Edition N°:5800 Le 09/07/2020 | Partager
benabid-mohamed-2020.jpg

Le contexte Covid-19 a posé crûment la question de la protection du marché intérieur. La décision d’un nouveau resserrement des droits d’importation s’est imposée rapidement comme  traitement d’urgence (cf. L’Economiste du 8/07/2020).

Pouvait-il en être autrement? Face aux sirènes de patriotisme économique, qui ont retenti bruyamment un peu partout dans le monde avec la pandémie, il est difficile de ne pas avoir de politique volontariste sur ces sujets-là.

C’est une manière de rappeler que le Maroc ne renie pas l’héritage de ses choix de libéralisme économique, mais qu’il s’inscrit désormais dans un certain pragmatisme après avoir médité le cynisme des théories de l’échange international et leurs supposées vertus égalisatrices du commerce bilatéral ou multilatéral. Pourtant, que de temps et de points de PIB perdus...

Il faudra bien se demander un jour quel aveuglement a poussé à négocier, les années naïves, une flopée d’ALE sans s’assurer si l’économie marocaine avait suffisamment de tonus pour jouer à ce jeu où les engagements de réciprocités sont souvent à sens unique. Sans vérifier aussi si les écosystèmes qui s’exposent à l’ouverture ne sont pas structurellement déséquilibrés. 

L’exercice ne dédouane pas d’autres séances d’autocritique. Il faut savoir le reconnaître, si l’on en est arrivé là, c’est que le made in Maroc est peu compétitif dans le bas de gamme et peu présent dans le haut de gamme. Sur les deux fronts, les acteurs locaux peuvent largement s’améliorer.

En attendant, le pays est plus que jamais confronté à un véritable dilemme, celui de devoir relancer la consommation sans avoir à subir le contrecoup au niveau des importations. Ou dit autrement, que le déficit de la balance commerciale puisse continuer de se justifier plus par les importations de biens d’équipement et moins par celles des conteneurs de camelote...

 

 

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc