×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

L'Edito

Bonne conscience

Par L'Economiste| Edition N°:2234 Le 15/03/2006 | Partager

A quoi servent finalement les journées mondiales? A se rappeler pendant 24 heures qu’il faut sauver l’enfance abandonnée, l’environnement massacré, se souvenir que les consommateurs ont des droits… Et justement, aujourd’hui, 15 mars, une journée leur est consacrée et donc l’occasion de dresser un bilan. Alors, quoi de neuf depuis l’année dernière? Y a-t-il eu des boycotts, du lobbying, les consommateurs ont-ils fini par faire entendre leur voix?…Pas si sûr et même pas du tout. Il est vrai qu’en 2005 des opérations ont été menées pour parler de la protection des consommateurs, des séminaires, des réunions et même un guichet à Casablanca pour déposer des plaintes. Des actions à ne pas négliger certes. Et nous le savons tous, un consommateur bien renseigné est un consommateur protégé.Mais même avec tout cela, la question fait encore du surplace. Il faut accélérer le rythme. D’abord et avant tout sortir le projet de loi sur la protection des consommateurs qui a trop longtemps végété. Ce cadre juridique doit organiser les relations consommateurs/fournisseurs et permettre à chacun de cerner ses droits et obligations. Aujourd’hui encore, plus d’une quinzaine d’institutions, relevant de plusieurs départements ministériels, se partagent la mission de mettre en œuvre un arsenal normatif éclaté. Conséquence: un chevauchement des compétences et des missions entraînant inéluctablement des incohérences.Il faut arrêter de considérer ce domaine comme secondaire. Il ne l’est pas, comme tant d’autres d’ailleurs. Et ce n’est pas en regardant ailleurs que l’on fera avancer les choses. Sans un consommateur responsable, toute administration si engagée soit-elle, toute ONG de défense si militante soit-elle ne peuvent aboutir à un résultat concret. Alors évitons d’organiser de grandes rencontres juste pour nous donner bonne conscience.Meriem OUDGHIRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc