×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

L'Edito

Bombes

Par L'Economiste| Edition N°:1544 Le 20/06/2003 | Partager

C'est un véritable tour de force et aussi un pas de géant. Le plus vieux projet de loi qui traîne dans les tiroirs depuis plus d'un quart de siècle est ressuscité. Le fameux code du travail vient d'être voté par la Commission de la législation et des droits de l'homme de la deuxième Chambre. Commission où il était bloqué depuis plus de trois ans. Reste le passage devant les conseillers pour un retour chez les représentants. Et ce sera en principe fini. L'emploi a toujours été le dossier sur lequel toute équipe, quelle que soit son appartenance, doit faire ses preuves. Depuis de nombreuses années, les organisations internationales, qui surveillent de près l'évolution des différents pays, n'ont cessé d'attirer l'attention du Royaume sur la nécessité de revoir sa législation largement dépassée.Dès sa prise de fonction, le Premier ministre, Driss Jettou, avait compris l'enjeu et l'avait placé parmi ses priorités. D'ailleurs, il avait initié des rounds de concertations avec tous les partenaires sociaux. Le message était clair et il l'est toujours: s'il veut entrer dans la cour des grands, le Maroc doit se doter d'une législation mise à niveau, -plus de tergiversations-, et prendre une bonne fois pour toutes le taureau par les cornes.Ce taureau, c'est ce fameux package social que le gouvernement a proposé. Les différentes commissions ont été priées de travailler vite et bien. Aujourd'hui, le schéma est simple: sans paix et sans visibilité sociale, pas de climat de confiance, pas d'entente, pas de capitaux internationaux. Et, en bout de course, des points perdus de notre compétitivité. Il semble aujourd'hui que les parties soient prêtes à envisager des compromis. De toutes les façons, ce n'est plus dans l'intérêt de personne de traîner des bombes sociales.Meriem OUDGHIRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc