×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    L'Edito

    Biens publics

    Par Mohamed BENABID| Edition N°:4968 Le 24/02/2017 | Partager
    mohamed_benabid.jpg

    Si elle reste l’une des vitrines les plus surveillées de la gouvernance locale, la gestion du domaine public a toujours été une frontière au tracé diffus. A Casablanca,  ses contours fluctuent au gré des couleurs politiques et des rapports de force au sein des conseils communaux.

    Pas étonnant avec un PJD aux commandes, qui peut y chercher un dossier «rédempteur». La mairie fait  donc feu de tout bois pour mettre fin à une longue léthargie, avec pour dernier «coup d’éclat», l’affaire de l’ex-marché de gros. Le fond n’est pas discutable.  Les redevances et  revenus tirés de ces biens doivent interpeller et à juste titre. Plusieurs bâtiments ont perdu de leur superbe et de leur prestige d’antan mais le statu quo autour de leurs contrats de location, souvent à des prix bradés par rapport au marché, n’est pas justifié. Les attributions de biens publics au fil de l’eau et dans l’opacité rappellent des souvenirs douloureux à plusieurs générations  de Marocains. Aujourd’hui, elles scandalisent.

    Une générosité qu’aucune commune ne peut se permettre, dans une conjoncture où les financements manquent cruellement et alors que l’endettement et les arriérés de paiement sévissent à des niveaux endémiques pour la ville de Casablanca (3 milliards de DH d’endettement et 3,7 milliards de créances en souffrance). Dans tout cela, il y a cependant un mais… La question n’est pas seulement de récupérer les biens mais aussi de savoir quoi en faire. Sur cette dernière dimension, la gestion communale ne convainc toujours pas.
    (voir aussi la rubrique dossier spécial)
     

     

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc