×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

ZUN d'Agadir: La SNEC étudie le projet

Par L'Economiste | Edition N°:614 Le 12/10/1999 | Partager

· Le projet est une zone d'urbanisation nouvelle
· La SNEC jouera le rôle d'un grossiste de terres


SI les organismes sous-tutelle (OST) avaient dès le début réfléchi à se doter d'un stock de terres pour la réalisation de leurs opérations, ils n'auraient pas connu cet échec. Cette déclaration d'un responsable du Secrétariat d'Etat à l'Habitat témoigne du poids que fait peser le foncier sur les opérations de ces établissements publics. Pour beaucoup de professionnels du secteur, ce ne sont pas les difficultés de financement, ni la déviation des missions de base de ces organismes qui ont précipité la crise du logement social, c'est la cherté des terrains et l'absence d'une stratégie foncière claire qui sont montrées du doigt.
Il y a urgence pour remédier à ce mal. Longtemps décrié, le programme des ZUN (zones d'urbanisation nouvelles) semble prendre du chemin. Il s'agit d'acquérir de grandes zones, de les aménager et de les vendre en petits lots constructibles. C'est la SNEC (Société Nationale d'Equipement et de Construction) qui chapeaute ce programme.
Cet organisme jouera le rôle d'un grossiste de terres. Il se chargera d'acquérir des terrains, de les équiper en infrastructures de base (voierie, électricité...) et de les vendre à des promoteurs publics ou privés pour réaliser des projets immobiliers, industriels ou touristiques.
Jusqu'à maintenant, 11 projets ont été identifiés. Un seul est actuellement avancé. Il s'agit du projet Bikkarn dans la région d'Agadir. Le projet porte sur un terrain domanial de 425 ha.
Le financement des travaux d'équipement doit être assuré en grande partie par le FADES (Fonds Arabe de Développement Economique et Social).
Les travaux d'aménagement doivent démarrer au début de l'année prochaine. La livraison doit intervenir avant fin 2004.
Comme dans la plupart des tentatives d'aménagement, la SNEC s'est confrontée à un tissu bidonvillois dans cette région. La résorption de l'habitat insalubre fait désormais partie de ce programme. Il est ainsi prévu le recasement de 4.000 ménages pour une superficie de 70 ha. Le financement de cette opération proviendra des subventions de l'Etat, des participations des ménages concernés et du fruit de la péréquation.


D'autres projets


Les autres ZUN identifiées par la SNEC sont Bab Marrakech et Harbil (1.180 ha), tous deux dans la région de Marrakech, Mezwaria dans la région d'Oujda (475 ha), pôle urbain Bensouda (81 ha) et Aïn Chegag (300 ha) aux alentours de Fès, Selouane près de Nador (200 ha), Houara (892 ha) près de Tanger, Béni-Mellal (330 ha), Aïn Aouda aux alentours de Mohammédia (400 ha), Bouknadel (400 ha) dans la région de Kénitra et Nouaceur (175 ha) dans la région de Casablanca.

Nadia LAMLILI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc