×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    International

    Zone euro: Les banques ont durci les conditions du crédit

    Par L'Economiste | Edition N°:2774 Le 12/05/2008 | Partager

    . Les entreprises plus affectées que les ménages, selon une étude de la BCELes banques de la zone euro ont continué à durcir, au premier trimestre, les conditions du crédit, en particulier celles accordées aux entreprises, en réaction à la crise financière, a révélé une étude publiée la semaine dernière par la Banque centrale européenne (BCE).«Les banques ont indiqué que les conditions du crédit pour les prêts aux entreprises étaient plus affectées par la tourmente que celles pour les prêts aux ménages», indique la BCE dans son rapport. «En particulier, la situation sur les marchés financiers a eu un impact plus important sur les prêts aux grandes entreprises qu’aux petites et moyennes entreprises», précise l’institution monétaire de Francfort (ouest). Selon cette étude, 49% des banques ont durci les conditions pour accorder un crédit aux entreprises au premier trimestre et 33% celles pour des prêts aux ménages. Au 4e trimestre 2007, elles étaient 41% à avoir durci les conditions des crédits aux entreprises et 21% pour les prêts aux ménages, rappelle la BCE. Dans le détail, la crise financière a conduit 54% des banques à durcir les conditions de prêts pour les grandes entreprises au 1er trimestre, contre 34% seulement pour les prêts aux PME, 29% pour les prêts immobiliers des ménages et 19% pour les prêts à la consommation. Une telle situation n’avait plus été observée depuis début 2003, commente Valli Marco, analyste chez UniCredit. Pour la première fois depuis 3 ans, les demandes de crédit des entreprises ont reculé, celles pour les prêts immobiliers ont atteint un creux historique et les consommateurs se sont montrés peu enclins à consommer, relève-t-il. Au deuxième trimestre, la BCE estime que les conditions d’obtention d’un crédit devraient s’assouplir un peu pour les entreprises et les prêts immobiliers, mais qu’elles devraient encore se durcir pour les crédits à la consommation.Les banques avaient déjà commencé l’an dernier à durcir les conditions du crédit, après l’éclatement de la crise des prêts immobiliers à risque («subprimes») durant l’été, selon les deux derniers rapports de la BCE d’octobre et de janvier.Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc