×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Courrier des Lecteurs

Zone Euro: La stabilité monétaire remise en cause par la hausse des prix du pétrole

Par L'Economiste | Edition N°:617 Le 15/10/1999 | Partager


· Selon le président de la Bundesbank, les perspectives restent «relativement favorables»
· Le degré de l'impact sur les salaires ne fait pas l'unanimité
· Des pays de la zone sont encore loin de l'objectif fixé par la BCE


La flambée des prix du pétrole a semé le doute sur les perspectives de stabilité monétaire dans la zone Euro. M. Ernst Welteke, président de la Bundesbank, a annoncé mardi que ces perspectives «sont dans l'ensemble encore relativement favorables ». La Banque Centrale Européenne (BCE) table sur un taux d'inflation inférieur au plafond de 2%. M. Welteke reconnaît que les récentes hausses des prix de l'or noir sur les marchés internationaux affectent significativement les prix en Europe. Néanmoins, "leurs effets sur les salaires sont plus faibles par rapport aux précédentes hausses", est-il indiqué.
Toujours relativement aux références fixées par la BCE, la croissance de la masse monétaire pour la zone Euro est jugée supérieure à l'objectif des 4,5%. Les crédits au secteur privé se sont également affichés en nette hausse, est-il indiqué. "Ce sont des facteurs auxquels le conseil de la BCE doit faire attention, surtout en ce moment où la conjoncture de la zone Euro repart pour des raisons à la fois d'économie interne et externe", a prévenu M. Welteke qui, en plus de ses fonctions de président de la Bundesbank, est membre du Conseil des gouverneurs de la Banque Centrale Européenne. Ces mêmes facteurs ont été également mis en exergue par M. Wim Duisenberg, président de ce conseil lors d'une récente réunion. Il avait souligné que ces deux éléments appelaient à une grande vigilance de la part de la politique monétaire. Mais, contrairement au responsable de la Bundesbank, il avait plus mis l'accent sur l'impact de la hausse des prix du pétrole sur les négociations salariales. "Il est essentiel que cet effet ne déclenche pas des demandes de salaires incompatibles avec la stabilité des prix à moyen terme", a-t-il expliqué.
Même si dans ses déclarations, M. Welteke se veut le plus rassurant possible, il n'a pas manqué de soulever quelques points faibles de l'Euroland. "Malgré des signes sans aucun doute positifs pour les perspectives immédiates des prix et de la croissance, il reste toutefois des points critiques concernant les perspectives à long terme", dit-il. Allusion est faite particulièrement au problème du chômage qui nécessite, selon lui, des réformes structurelles et des assainissements budgétaires de taille.

Hanaa FOULANI

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc