×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie Internationale

Washington obtient des concessions à l'élargissement de l'UE

Par L'Economiste | Edition N°:207 Le 07/12/1995 | Partager

Washington et Bruxelles ont trouvé, à la veille du sommet euro-américain qui s'est tenu dimanche 3 décembre à Madrid, un accord sur les compensations financières à l'élargissement de l'Union Européenne à l'Autriche, la Suède et la Finlande. Les deux pays mettent ainsi fin à un conflit commercial qui les oppose depuis plus d'un an.
En octobre dernier, les Etats-Unis avaient porté le différend devant l'Organisation Mondiale du Commerce (OMC), qui prévoit des compensations si les droits de douane sur les exportations dans un pays membre augmentent du fait de son adhésion à une union douanière. En devenant membre de l'Union en janvier 1995, l'Autriche, la Suède et la Finlande ont dû en effet relever certains de leurs droits de douane sur l'électronique et les produits agricoles notamment.
Les concessions européennes portent donc sur les semi-conducteurs, la chimie et l'agriculture essentiellement, par le truchement d'une mise en oeuvre anticipée (1996 au lieu de 1999) de baisses tarifaires prévues par les accords de Marrakech.

Parallèlement, l'UE et les Etats-Unis se sont mis d'accord sur des solutions transactionnelles pour régler la question du calcul des tarifs douaniers appliqués par les Européens sur les importations de blé, de riz et d'orge.
Les Américains considèrent que le mode de calcul retenu contrevient à la liste des concessions que l'UE a déposée lors de la conclusion des accords du Gatt en décembre 1993. Selon les quotidiens français, le différend porte sur les blés à haute teneur en protéines, le riz, l'orge, le maïs et le seigle.
L'Union fixe les taxes à l'importation sur la base d'un prix de référence obtenu à partir de la moyenne sur quinze jours des cours relevés sur les Bourses américaines. Jugeant cette méthode pénalisante pour eux, surtout en période de renchérissement des cours, les Etats-Unis demandaient que le calcul se fasse sur la base de chaque prix de transaction. Washington a toujours craint que "ce système ne conduise l'UE à appliquer des tarifs injustement élevés, permettant un accès des céréales américaines au marché européen moins large que prévu".
Les deux accords qui viennent d'être conclus doivent encore être entérinés par le conseil des ministres européen.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc