×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Vous êtes 112.291 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 136.119 articles (chiffres relevés le 25/5 sur google analytics)
eleconomiste
Dossiers

Vous achetez ou vous rachetez un PC ? : Comment discuter avec votre vendeur

Par L'Economiste | Edition N°:74 Le 08/04/1993 | Partager

Par Rida LAMRINI (*)

Il fut un temps où le premier IBM PC coûtait aux Etats-Unis 4.000$US avec tout juste 64K de RAM et DOS 1.0. Bien que plus puissants, ses successeurs furent invariablement lancés autour de ces mêmes 4.000$US. Brutalement, en juin 1992, cette barre tomba.

De façon inattendue, Compaq Computer Corp. tira le premier coup d'une guerre de prix destinée à balayer les fabricants de clones. Aujourd'hui on peut acheter un PC bien construit et performant aux alentours de 2.000$US, non chez un obscur cloner, mais bel et bien auprès d'un constructeur réputé qui ne risque pas de mettre la clé sous le paillasson du jour au lendemain.

C'est une véritable aubaine pour les acheteurs qui peuvent dorénavant s'équiper de machines de marque à des prix impensables il y a encore quelques mois. L'engouement est tel que des compagnies comme Acer, ALR, Austin, ASTResearch, Compaq Computer Corp., Dell Computer Corp., Gateway 2000, Hewlett Packard et IBM Personal Computer Corp. ont du mal à satisfaire la demande. Ces compagnies ont réussi à offrir des PC moins chers, sans pour autant sacrifier la qualité associée traditionnellement à leur nom, mais en cernant le coût des composants et en revoyant les procédés de fabrication.

La guerre des prix n'est pas terminée. Les grands constructeurs veulent éliminer les "cloners", même s'il leur faut perdre de l'argent encore quelque temps. Lors du dernier COMDEX à Las Vegas, les exposants taïwanais étaient plutôt nerveux. Il y aura encore beaucoup de cadavres le long du chemin. Une raison supplémentaire pour faire attention à ne pas acheter une machine qui risque de vous rester sur les bras sans support après-vente.

Si vous voulez donc profiter de l'aubaine actuelle, il y a des points essentiels que vous devez garder à l'esprit lors de l'achat de votre prochain PC.

Ne faites pas attention à l'inévitable question du vendeur "quels sont vos besoins ?". Car il pourra en profiter pour vous "refiler" un matériel obsolète. De manière pragmatique et dans la plupart des cas, vos besoins sont au minimum les travaux de correspondance et la gestion d'un fichier de contacts. En outre, l'usage du PC induit rapidement des besoins nouveaux. Ceci dit personne ne songerait aujourd'hui à acheter une voiture à trois vitesses au lieu de quatre, que cela soit pour la ville ou pour la campagne.

Partant donc de ces besoins minima, au rythme où vont et la technologie et les prix, oubliez tout PC qui n'est pas construit autour d'un processeur Inter 486. C ' est clair et net . Le 386 est mort. Non pas qu'il ne fera pas l'affaire pour quelques années encore. Mais les prix des 486 sont tels qu'il est déraisonnable de s'équiper à moins, surtout que le Pentium (qui ne portera pas la référence 586) est annoncé pour l'année prochaine.

Recherchez un PC qui a au moins 4MB de mémoire RAM, extensible à 32 et au-delà. Un 486 étouffe d'ailleurs avec un tel montant. Si vous envisagez d'utiliser Windows, 8MB est le minimum requis, sous peine de le voir tourner à un rythme poussif. Sous peu, 8MB deviendra la norme minimale. Un cake de 128K est adéquat pour permettre au processeur de donner toute sa puissance. 256K est mieux.

Votre machine devrait être équipée d'un disque dur d'une capacité d'au moins 100MB. Là aussi les prix ont tellement chuté qu'il serait déraisonnable de considérer moins. Et puis quels que soient vos besoins actuels, vous vous retrouverez vite à l'étroit après avoir rapidement épuisé l'espace actuel de votre disque, selon une loi qui ressemble curieusement à celle des gaz qui tendent à occuper tout l'espace qu'on leur donne. Alors n'hésitez pas à regarder du côté des 170MB. En outre assurez-vous que l'interface disque est du type IDE ou SCSI.

Faites attention au moniteur. Il affecte directement le confort de votre travail quotidien. Pour le repos de votre vue et pour des raisons de performance, je recommande un moniteur à multiscanning affichant à 0.28dpi, et une carte graphique qui peut gérer le Super VGA à des fréquences de mise à jour de l'écran (refresh rate) de l'ordre de 60 ou 72Hz qui sont la norme VESA.

Si la machine est équipée d'un bus local, assurez-vous qu'il obéit au standard VESA, ou à la prochaine norme PCI d'lntel. Evitez les solutions propres aux constructeurs.

Evitez les caisses dites slimline. Elles occupent peut-être peu d'espace sur un bureau, mais offrent un accès difficile lors d'une intervention de maintenance ou d'ajout d'un composant ultérieurement.

Regardez du côté des garanties. Le marché local est touché par les turbulences qui affectent la microinformatique internationale. Renseignez-vous sur le vendeur, son ancienneté dans le marché, la qualité et la rapidité de son service, et sa réputation.

Et finalement, lisez la littérature informatique. Restez au courant. Parlez autour de vous et intéressez-vous à l'évolution passionnante d'un domaine qui fait la différence entre toute performance.

(*) Ingénieur en informatique, a suivi la révolution du PC en Amérique du Nord durant toutes les années 80. Il est directeur général de la société de négoce ICT filiale de la Banque Populaire.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc