×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

International

Vivendi Universal sanctionné par la COB

Par L'Economiste | Edition N°:1602 Le 16/09/2003 | Partager

. Un document relève des “irrégularités” dans la communication financière du groupeUne procédure de sanction administrative contre Vivendi Universal (VU) a été ouverte par la Commission des opérations de Bourse (COB) pour la communication financière du groupe lorsqu'il était présidé par Jean-Marie Messier, a annoncé hier une porte-parole de la COB.Cette procédure a été déclenchée parallèlement à la transmission au parquet de Paris d'un rapport d'enquête sur l'information financière du groupe français au cours des années 2001 et 2002, à l'époque de Messier, a précisé cette porte-parole.Aucun calendrier n'était disponible pour la fin de cette procédure.L'enquête du gendarme de la Bourse de Paris, qui avait débuté en juillet 2002, a été remise vendredi dernier au parquet de Paris. VU a confirmé avoir reçu la “notification des griefs” de la COB, qui l'a invité à faire valoir ses observations dans un délai de trois mois.Ces “griefs” sont en cours d'étude par les conseils de VU, a indiqué le groupe dans un communiqué, en “réaffirmant sa volonté de continuer à coopérer pleinement dans le cadre de l'enquête COB”.Le document de la COB d'environ 90 pages relève un certain nombre d'irrégularités dans la communication financière du groupe susceptibles de constituer un délit pénal.De plus, le rapport de la COB soulève des interrogations sans apporter de réponses définitives concernant d'éventuels délits d'initiés qui auraient pu être commis par certains dirigeants du groupe.Messier, son directeur financier Guillaume Hannezo et d'autres dirigeants de VU sont soupçonnés d'avoir bénéficié d'une information privilégiée en 2001 pour la vente de leurs titres.L'opération serait intervenue deux semaines avant la vente massive par VU de 55 millions d'actions pour couvrir ses besoins de trésorerie, provoquant la chute du titre.Annoncée plusieurs fois comme imminente, la clôture de l'enquête de la COB a été reportée à de nombreuses reprises. La tâche s'est “avérée plus compliquée qu'on ne pensait” mais “a été menée de façon très efficace et très rapide”, avait déclaré à mi-juillet Gérard Rameix, directeur général de la COB.(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc