×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Culture

    Vif succès du moussem de la rose

    Par L'Economiste | Edition N°:2771 Le 07/05/2008 | Partager

    . Des milliers de visiteurs à Kelâat M’Gouna, le week-end dernier. La création d’un «Village de la rose» en projet LE week-end dernier, la rose était à l’honneur. Kelâat M’Gouna, capitale de la «rosa damaskina» a célébré pour la 46ème année consécutive, la fleur qui fait sa richesse et sa réputation. Pour l’occasion, toute la région s’est parée de roses pour une fête flamboyante. Danses folkloriques, concerts, foires artisanales…, autant d’évènements dédiés à la rose, très prisée par les parfumeurs européens, notamment français. Des milliers de visiteurs étaient au rendez-vous. Une aubaine pour le commerce local richement approvisionné en produits parfumés à la rose: savons, cosmétiques, huiles, shampooings ou bouteilles d’eau de rose. Les hôteliers de la région ont pu faire le plein et les formules d’hébergement chez l’habitant ont eu également beaucoup de succès. Les défilés de chars, aussi, avec l’élection de Miss Rose, ont attiré beaucoup de monde. La population locale récolte ainsi les fruits de ses efforts. Des efforts menés sur plusieurs siècles malgré les aléas climatiques. Mais, cette année, la récolte est bonne par rapport à la campagne précédente. Près d’un millier de tonnes ont été produites sur 900 ha et durant une campagne de 25 jours de travail. Un bilan relativement satisfaisant, selon de nombreux agriculteurs, et qui représente un revenu de 30 millions de DH. «Un revenu qui pourrait être amélioré si les circuits de commercialisation étaient mieux maîtrisés», ajoute un opérateur local. Vendue à 10 DH/kg sur place, les prix grimpent en flèche au fur à mesure de son passage par les mains des intermédiaires. Par ailleurs, pour la promotion de la rose, il a fallu accompagner les  agriculteurs et les encadrer au sein d’une coopérative «Arrachad» qui compte  actuellement plus de 500 adhérents. Des mesures d’accompagnement pour les créateurs de petites unités de distillation, ont également été mises sur pied. Par ailleurs, la création d’un «Village de la rose à parfum» en  partenariat avec l’association française de «L’Oasis la rose», est à l’étude.Ali RACHIDI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc