×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique Internationale

Vie de chiens

Par L'Economiste | Edition N°:619 Le 19/10/1999 | Partager


· Invasion
Des millions de chiens errants risquent d'envahir les rues de Bucarest d'ici 2006 si des mesures ne sont pas prises rapidement, a estimé lundi un responsable de la Municipalité. «C'est une statistique réaliste et effrayante», a commenté Romelus Ploscaru, chef du service de la protection animale de la ville. Selon son rapport, quelque 300 personnes seront mordues d'ici 2006 par des chiens errants à Bucarest, une ville de trois millions d'habitants.
La municipalité dispose d'un budget et d'effectifs insuffisants (14 vétérinaires et un refuge d'une capacité de 700 places pour les chiens), ce qui ne lui permet pas de contrôler la population canine, malgré la stérilisation de plusieurs dizaines de chiens par jour. On comptait en 1996 entre 100.000 et 150.000 chiens errants à Bucarest. Ce chiffre atteint actuellement 300.000 et pourrait monter à 18 millions en 2006 au rythme actuel, précise M. Ploscaru. Selon la Municipalité, cette surpopulation canine est le résultat de la politique menée par l'ancien dictateur Nicolae Ceausescu, qui avait fait démolir plusieurs dizaines de milliers d'habitations et reloger de force les habitants dans des appartements sans jardins. Certains habitants ont trouvé de nouveaux espaces pour leurs chiens. Mais dans la plupart des cas, les animaux ont été abandonnés à leur sort et se sont reproduits.

· Sauvetage
Loin de Bucarest, les chiens ont un sort meilleur, sauf quand il s'agit de catastrophe naturelle. A Taïwan, deux chiens ont été retrouvés vivants après avoir passé 18 jours sous les décombres. Suite au séisme qui a dévasté le pays. Il sont restés bloqués sous les débris d'une maison. «Lucky», qui porte bien son nom (chanceux) et son compagnon «Paopao» (trésor) ont dû leur salut à une chaise en bois sous laquelle ils dormaient. Elle les a protégés des débris qui tombaient. Secourus il y a quelques jours, les chiens se sont nourris pendant leur séjour sous les décombres de poissons entreposés dans un réfrigérateur qui s'était ouvert et ont bu l'eau d'un aquarium qui se trouvait à proximité. Quelque 38.000 bâtiments ont été détruits lors du séisme du 21 septembre, le dernier bilan officiel faisait état de 2.295 morts, la plupart dans les décombres des immeubles effondrés.

(AP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc