×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Vous êtes 112.291 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 136.119 articles (chiffres relevés le 25/5 sur google analytics)
eleconomiste
Courrier des Lecteurs

Ventes de poids lourds à fin février : En dépit d'un marché en crise,

Par L'Economiste | Edition N°:74 Le 08/04/1993 | Partager

La baisse des transactions portant sur les camions, les autobus et autocars s'est poursuivie jusqu'au mois de février 1993. De l'avis des professionnels de la branche, le déclin du marché du poids lourd, entamé depuis le second semestre de l'année dernière, doit encore persister.

D'après les dernières statistiques du Groupement Professionnel du Poids Lourd et de la Carrosserie (GPLC), les ventes de camions ont reculé de 34% à 564 unités au cours des deux premiers mois de l'année contre 858 au titre de la même période de 1992. Aucune marque de camion existant sur le marché n'a échappé à cette baisse. Mitsubishi, qui reste toujours le leader avec une part de marché de 46% au lieu de 47% en 1992, a vu ses ventes baisser de 35% à 180 unités. En janvier-février 1992, 263 camions de cette même marque avaient trouvé preneur, soit une augmentation de 180% par rapport à la période équivalente de 1991. Isuzu, qui détient 26% du marché contre 19% en 1992, a subi une perte de 9% alors que ses ventes avaient plus que doublé au cours des deux premiers mois de 1992 par rapport à ceux de 1991. Les camions Renault, classés troisième avec une part de marché de 14% au lieu de 18% en 1992, ont chuté de 47% à 84 unités après une hausse de 53% en 1992. Avec 64 unités vendues, soit 11% du marché, Volvo a enregistré une régression de 5%.La plus forte baisse (94%) a concerné les camions Bedford dont les ventes se sont établies à 3 unités contre 59 en 1992.

Mis à part les poids lourds de 14 tonnes, dont les ventes ont progressé de 13% à 25 unités, après une nette hausse de 450% en 1992 par rapport à 1991, toutes les autres lignes de camions ont subi une baisse variant entre 12 et 53%.

Ainsi, les ventes de véhicules utilitaires légers (entre 3,5 et 7,9 tonnes) ont plongé de 53% à 96 unités au lieu de 207 en janvier-février 1992. Ce plongeon est d'autant plus significatif que le taux de progression avait atteint pour la période considérée 381% en 1992sur 1991. Pour Mitsubishi comme pour Renault et Isuzu, les trois marques présentes sur ce segment du marché, les ventes ont marqué un recul. Il est de 53% environ pour Mitsubishi qui détient l'essentiel du marché (82%), 68% pour Renault (6%) et de 45% pour Isuzu (11%).

Après une progression de 69% en janvier-février 1992 par rapport à la même période de 1991, les ventes de camions de 8 tonnes ont fléchi de31% à 347 unités en 1993. Malgré une baisse de 26% de ses ventes, Mitsubishi a amélioré sa part de marché, la faisant passer de 40% en 1992 à 44% en 1993. Les ventes de camions Isuzu, qui ont représenté 40% du total des camions de 8 tonnes, ont régressé de près de 4% à 139 unités. Renault, qui arrive en troisième position avec une part de marché de 15% au lieu de 18% en 1992, a vu ses ventes reculer de 45%. Pour Bedford, la baisse s'est élevée à 94%.

Les transactions portant sur les camions entre 19 et 26 tonnes ont diminué de 40% à 25 unités contre 42 en 1992. Sur ce segment du marché, toutes les marques présentes ont subi la diminution. Celle-ci est plus accentuée pour Mitsubishi (-92%), dont la part de marché est tombée de 30% en 1992 à 4% cette année, et Volvo (22%). Avec des ventes atteignant 25 unités, soit une part de marché de 40%, Renault a affiché une régression de 9%.

Concernant les camions de 38 tonnes enfin, les ventes ont fléchi de 12% à 71 unités contre 81 en 1992. Ce segment est partagé entre Volvo (70%), Renault (16%) et Mitsubishi (12%).

Pour ce qui est des autobus et autocars, les ventes ont porté sur 46 unités contre 77 un an plus tôt, soit une détérioration de prés de 40%. La baisse enregistrée en 1992 était de 38%. Sur ce marché, la marque Renault occupe le première position (71 %). Elle est suivie par Daf (15%) et Volvo (13%)

S'agissant des autocars de tourisme, 6 ventes contre 12 en 1992 ont été enregistrées. Toutes concernent les cars de plus de 25 places (5 pour Volvo et 1 pour Daf). Aucun car de moins de 25 places n'a été donc commercialisé au cours de la période considérée.

Les ventes d'autocars de transport public se sont chiffrées, elles, à 19 unités: deux autocars (Renault) de moins de 40 places, soit une baisse de 93%, et 17 de plus de 40 places. Ces 17 autocars sont pour la plupart de marque Renault (10) et Daf (6), Volvo n'en ayant vendu qu'une seule unité. En régression de 27% pour les autobus de moins de 40 places et de 43% pour ceux de plus de 40, les ventes globales d'autobus ont atteint 21 unités. Elles sont toutes de marque Renault, dont 8 constituent des autobus de moins de 40 places.

H.E.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc