×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Ventes de ciment: +4,5% à fin septembre

Par L'Economiste | Edition N°:202 Le 02/11/1995 | Partager

La demande de ciment se maintient et enregistre sur les neuf premiers mois de l'année une hausse de 1,5 point supérieure au taux de croissance attendu cette année par les professionnels.


Avec 4.654.389 tonnes à fin septembre, la consommation de ciment aura marqué une hausse de 4,5% par rapport à la même période de l'année écoulée. Pour le seul mois de septembre, elle se sera établie à 605.927 tonnes (+5,3% en glissement annuel), soit son plus haut niveau de l'année, le plus bas ayant été enregistré en mai (401.417 tonnes). Sur les neuf mois de 1994, la consommation avait oscillé entre 414.972 (mai) et 594.851 tonnes (avril).
Pour s'aligner sur la consommation totale de 1994 (6.261.856 tonnes), les cimenteries doivent vendre 1.607.467 tonnes au cours de ce dernier trimestre, soit 535.823 tonnes en moyenne mensuelle. Mais vu que la profession table cette année sur une hausse de la demande de 3%, les ventes pour les mois d'octobre, novembre et décembre devraient donc s'établir à un niveau supérieur.
Le ciment est l'un des secteurs qui s'en sortent relativement bien cette année, et ce en dépit de la morosité ambiante. Le relatif calme de la demande observé en 1994, alors que les performances agricoles et économiques étaient là, montre bien que la demande obéit aussi à d'autres facteurs, notamment l'autoconsommation qui tend à se développer en période de crise, le bâtiment devenant un placement sûr.

La reprise attendue cette année devrait, comme déjà annoncé, se confirmer en 1996 sous l'impulsion notamment du programme des 200.000 logements et des travaux d'infrastructures (gazoduc, autoroutes, centrale thermique de Jorf Lasfar). Ces travaux ne produiront leur plein effet, aiment à rappeler les professionnels, que si le calendrier est scrupuleusement respecté, pour ce qui est en particulier des 200.000 logements. Il est à rappeler que la première tranche de ce programme concerne la réalisation de 48.000 logements, entièrement prise en charge par le Ministère de l'Habitat, et qu'elle est en phase de concrétisation avec la mise en chantier depuis juillet dernier de quelque 17.000 unités sur 18.000 programmées(1).
La tranche réservée aux collectivités locales porte sur 16.000 logements. Quant aux promoteurs privés, ils s'engagent sur 41.000 logements à travers le pays.
A Fès par exemple, c'est le groupe Tajmouati, via sa filiale de promotion immobilière Cinord, qui a ouvert le bal avec la construction de 1.000 logements en deux tranches (700 et 300 logements). Plus de la moitié de la première tranche sera livrée avant fin 1996 et le reliquat avant fin 1997. Le coût de l'opération s'élève à 200 millions de DH.
La hausse enregistrée à fin septembre n'a donc pas profité à l'ensemble des cimenteries. Les ventes des cimenteries de Tétouan et de Cadem ont effectivement affiché une baisse respective de 11,4 et 1% à 164.193 et 569.709 tonnes. La plus forte progression a été relevée au niveau de Cinouva, qui a vu sa demande augmenter de près de 10,5% à 1.037235 tonnes, ce qui lui confère une part de marché de 22,3% devant Cior (21,5%) et Ciments du Maroc (17,3%).

Hakima EL MARIKY.

Retrouvez dans la même rubrique

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc