×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie Internationale

Unesco: L'élection du Japonais Matsuura au poste de DG contestée

Par L'Economiste | Edition N°:623 Le 25/10/1999 | Partager


· Ambassadeur du Japon en France, M. Koichiro Matsuura remplace l'Espagnol Federico Mayor à la tête de l'Unesco
· La presse lance un flot de critiques accusant le Japon d'avoir acheté des voix


C'est le Japonais Koichiro Matsuura qui a été élu mercredi au poste de directeur général de l'Unesco, en remplacement de l'Espagnol Federico Mayor. Ambassadeur du Japon en France, le diplomate a obtenu 34 voix au troisième tour du scrutin.
Le représentant de l'Arabie Saoudite Ghazi Algosaibi, soutenu par la Ligue Arabe et l'Organisation de la Conférence Islamique (OCI), est arrivé en deuxième position avec 13 voix. Le diplomate japonais devra prendre ses fonctions juste après la confirmation de la conférence générale de l'Organisation des Nations Unies pour l'Education, la Science et la Culture Unesco prévue le 12 novembre prochain.
L'élection de Koichiro Matsuura a été accueillie avec un flot de critiques tant dans les cercles diplomatiques que dans la presse. Le quotidien londonien Financial Times a indiqué que le Japon a été "accusé de puiser dans ses poches pour gagner des votes". De même, le quotidien français Libération affirme que le Japon a été "vainqueur à la pêche aux voix". La radio publique France Inter qualifie les élections d'une "vente aux enchères".
Se défendant, M. Matsuura a déclaré dans une interview au quotidien International Herald Tribune que son gouvernement a été "pingre" avec lui. "J'ai visité 38 pays, mais Tokyo a refusé de payer pour mon assistant, et j'ai dû voyager seul", a affirmé le diplomate japonais.
Ces affirmations ont été remises en doute par la presse. Les médias indiquent que le Premier ministre japonais, Keizo Obuchi, camarade de collège de M. Matsuura, avait personnellement téléphoné mercredi à l'aube au chancelier allemand Gerhard Schroeder pour lui demander de voter en faveur de son ambassadeur.

Hicham RAIQ (AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc