×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    International

    Une taxe anti-obésité en France

    Par L'Economiste | Edition N°:2835 Le 06/08/2008 | Partager

    . La hausse de la TVA de 5,5 à 19,6% proposée par des expertsUn rapport remis à Bercy et à la ministre française de la Santé préconise de taxer davantage les boissons sucrées et d’augmenter la TVA sur certains aliments trop gras, trop sucrés ou trop salés afin de lutter contre l’obésité. Ce rapport de l’Inspection générale des finances (IGF) et de l’Inspection générale des affaires sociales (Igas), qui relance un débat ouvert depuis des mois, a été remis fin juillet aux ministres du Budget et de la Santé, Eric Woerth et Roselyne Bachelot, confirme-t-on dans ces deux ministères.«La possible augmentation de la TVA n’est pas à l’ordre du jour», a toutefois indiqué le cabinet de Woerth, précisant que le rapport ne sera pas rendu public avant la fin août, date de sa transmission aux parlementaires pour examen. «Si les déséquilibres alimentaires encore constatés aujourd’hui devaient perdurer, il est peu douteux que la prévalence des troubles et pathologies chroniques augmente et rende peu soutenable l’avenir du financement de la protection sociale», écrivent à l’appui de leurs propositions l’Igas et l’IGF.Le surpoids et l’obésité favorisent la survenue de maladies cardiovasculaires, du diabète, voire de certains cancers.Le rapport propose une hausse de la TVA (de 5,5 % à 19,6%) sur les produits «trop gras, trop sucrés, trop salés qui ne sont pas de stricte nécessité», une hausse des droits d’accises sur les boissons sucrées, et une hausse de la TVA sur les produits de grignotage, sandwichs, pizzas, hamburgers, etc.».Le document plaide également pour un accroissement de la fiscalité sur l’alcool, évoquant ses coûts sociaux «mais aussi ses effets sur certains cancers». Selon une source gouvernementale, «ces taxes nutritionnelles ne seront pas proposées par l’Exécutif lors des textes budgétaires de l’automne», en raison notamment de l’actuelle inflation sur les produits alimentaires.L’Igas reconnaît elle-même, selon le quotidien, que «les populations les plus défavorisées, qui se nourrissent le moins bien, pourraient être les plus fortement pénalisées» par cette taxation. Synthèse L’Economiste

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc