×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Culture

Une rencontre de journalistes pour faire naître un réseau: Le Club de Tanger
Par Mohammed Nabil Benabdallah, ministre de la Communication, porte-parole du gouvernement, et Philippe Faure, ambassadeur de France

Par L'Economiste | Edition N°:2225 Le 02/03/2006 | Partager

NOUS ouvrirons dans deux jours, samedi 4 mars à Tanger, les travaux d’une réunion de journalistes marocains et français consacrée aux relations entre nos deux pays. Pourquoi avons-nous décidé d’organiser et de financer ensemble et maintenant un tel événement? D’abord, parce que les cinquante ans d’indépendance que commémore le Maroc sont aussi cinquante ans de relations avec la France, cinquante ans d’activité journalistique, cinquante ans de regards croisés: nous avons souhaité que des professionnels de la presse témoignent de cette perception réciproque. Ensuite, parce que cette commémoration nous invite à parler de l’avenir, à envisager les défis auxquels seront confrontés nos deux pays et leurs médias: nous souhaitons que cette rencontre soit le point de départ d’un réseau plus durable d’échanges, de propositions et d’actions, qui pourrait s’appeler le Club de Tanger. . Tirer le meilleur du passé pour se projeter dans l’avenirLa ville de Tanger en sera en effet le point de départ, puisqu’elle abritera cette première rencontre, qui coïncidera avec la tenue de l’édition 2006 du Salon international du livre de Tanger, consacré au livre politique. Le débat, ce samedi, devrait être dense et instructif: comment la presse écrite et audiovisuelle au Maroc et en France a-t-elle accompagné en un demi-siècle le développement du Maroc, son mouvement de réforme, sa volonté d’ancrage à l’Europe? Comment ont été perçues et présentées, au Maroc, les transformations de la société française? Comment nos médias vont-ils s’adapter à la révolution provoquée par les nouvelles technologies de l’information et de la communication? Au cœur de ces mutations, quel rôle auront-ils à jouer auprès des générations futures? Animé par plusieurs générations de journalistes choisis parmi les grands noms de la presse marocains et français, ce débat s’adressera à tous les professionnels de la communication, intellectuels et acteurs de la société civile soucieux de poursuivre l’échange, et de tirer le meilleur du passé pour se projeter dans l’avenir.Notre coopération ne peut qu’en profiter. En effet, à l’heure où le Maroc engage une réforme ambitieuse et profonde de son paysage médiatique, la coopération franco-marocaine s’efforce depuis plusieurs années d’accompagner la modernisation des métiers de la presse, de l’audiovisuel et du cinéma au Maroc. Plusieurs actions en témoignent: les formations dispensées par l’Institut national de l’audiovisuel français au bénéfice des personnels de la Société nationale de radio et de télévision marocaine, ainsi que les partenariats noués entre l’Institut supérieur de l’information et de la communication à Rabat et des écoles et instituts en France. Mais nous voulons faire davantage, en explorant de nouvelles formes de coopération à travers l’intensification des échanges entre professionnels. Nous sommes en effet convaincus que les nouvelles technologies de l’information et de la communication, la libéralisation des media audiovisuels et la montée en puissance des sociétés civiles bouleverseront profondément les métiers de l’information. Ces évolutions appellent un échange renouvelé d’expériences entre nos deux pays mais aussi entre générations, celles qui ont fait, celles qui font et celles qui feront les paysages médiatiques marocain et français. Il ne pourra qu’en résulter une ouverture accrue de nos médias, voire un débat sur nos valeurs et projets de société respectifs, sans doute une coopération plus directe au sein de la profession, peut-être des propositions d’initiatives inédites entre nos deux pays.Telle pourrait être, à terme, la vocation du Club de Tanger: susciter, par plus d’échanges, des opportunités de formation et de coopération, d’abord au bénéfice des jeunes journalistes; mais aussi, dans le même mouvement, créer plus de possibilités d’écritures sur la France, le Maroc et le monde, et de regards non seulement croisés mais partagés.Cette vision partagée par laquelle nos deux pays entendent relever ensemble les défis de la mondialisation se décline ainsi, désormais, en une série d’instances ou d’évènements novateurs, créés hors gouvernements, au plus près des dynamiques de nos deux sociétés. Après le groupe d’impulsion économique, qui depuis le mois de septembre dernier réfléchit à des lignes d’action conjointe, le forum des partenariats, qui depuis février fédère collectivités locales, ONG et entreprises autour d’actions de développement local, juste avant France-Expo qui, du 8 au 11 mars, rassemblera à Casablanca plus de 350 entreprises françaises, le Club de Tanger se réunira, pour la première fois, ce 4 mars. Nul doute que ses participants vont engager et catalyser le dialogue nourri et prospectif, que nous appelons tous de nos vœux, entre médias de France et du Maroc.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc