×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Politique Internationale

    Une opportunité pour les femmes : le libéralisme industriel

    Par L'Economiste | Edition N°:17 Le 20/02/1992 | Partager

    LES que le ministère de tutelle donnera son accord, une association «Espace point de départ» pour la promotion de l'entreprenariat feminin sera créée. Mme Fattouma Benabdenbi, sociologue, chef de la division des conventions internationales à la C.N.S.S, est un des promoteurs de ce projet avec Mme Fadila Bennis, enseignante d'économie à la faculté de Droit de Casablanca. Toutes deux sont coordonnatrices du séminaire sur «le rôle des femmes entrepreneurs dans les économies du Maghreb» qui s'est tenu à Casablanca du 13 au 14 Février.
    «Il s'agit, déclare Mme F. Benabdenbi, de développer l'esprit d'entreprise chez les femmes marocaines, et de soutenir certaines d'entre elles qui ont un projet et nécessitent une assistance».
    Au delà de l'exploitation des potentialités, les femmes, par leur prise de participation à l'essor économique, contribueront aussi a forger une image dynamique du Maroc. Le courant de libéralisme industriel est une opportunité, que doivent aussi saisir les femmes.

    Pour celà, elles sont pourvues de plusieurs atouts. En plus de leur capacité et de leur habilité à gérer la complexité, elles sont porteuses d'un regard neuf, parce que différent et d'une plus profonde sensibilité à l'environnement et au climat social». Cette association travaillera en collaboration avec l'institution financière Women World Banlling créée par les Nations Unies en 1975, l'année de la célébration de la femme, siégeant à New York, et représentée dans le monde par 60 bureaux.
    Elle est présente en Afrique, à travers le bureau régional du Kenya et en Tunisie par l'APROFE.
    La W.W.B oeuvre pour la promotion des femmes dans les économies locales, en leur facilitant l'accès aux crédits.
    La W.W.B garantit 50% des crédits alloués, 25% restant à la charge de l'association dont les fonds sont constitués par des participations et les autres 25% garantis par les banques locales. Les participantes au séminaire comptent sur l'appui des banques présentes, telles que la B.N.D.E, la B.C.P, la Société Générale et la B.M.C.I, pour mener à terme leur objectif.
    Rappelons qu'il y a trois ans, le projet similaire d'un bureau affilié à la W.W.B, avait été soumis au Ministère des Finances sans qu'aucune suite n'ait été donnée.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc