×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Une ONG pour accueillir les «expats»

Par L'Economiste | Edition N°:2383 Le 16/10/2006 | Partager

. 40 bénévoles accompagnent près de 400 familles dans leur expatriation. «Casa Accueil», un concept unique au MarocSe retrouver du jour au lendemain dans un pays que l’on connaît peu ou pas n’est pas chose facile. L’association Casa Accueil, créée en 1993, se charge de conseiller les nombreuses familles expatriées à Casablanca. «Nous sommes le trait d’union, la passerelle entre les gens qui arrivent, et le Maroc. Notre association est apolitique et non confessionnelle, nous avons des membres de 15 nationalités différentes», explique Pascale Voron, présidente. Au total, ce sont près de 400 familles qui adhèrent au regroupement chaque année. «Casa Accueil draine beaucoup de femmes, d’épouses dont les maris sont ici pour un contrat à durée déterminée», poursuit-elle.Référence pour personnel de maison, médecins, dentistes, chauffeurs, baby-sitting… Casa Accueil permet aux mères de familles d’accéder plus facilement aux ressources dont elles ont besoin. «Car on a beau lire sur un pays, explique Marie-Claude, une jeune mère installée dans la capitale économique depuis un an, ce qui nous attend sur place est souvent loin d’en être le reflet», indique-t-elle. À titre d’exemple, Marie-Claude raconte qu’une nouvelle arrivée a été récemment arnaquée par un ouvrier. « Il est venu pour réparer un volet, mais n’a fait que replacer la poignée. Comme il avait été payé, on ne l’a plus revu», raconte-t-elle. Casa Accueil, via son réseau de références et de contacts, évite donc ce genre de désagrément aux «fraîchement débarqués».«Nous essayons aussi de faire en sorte que les gens se rencontrent», précise Pascale Voron. En plus de son site Internet, Casa Accueil distribue chaque mois un journal annonçant les diverses activités au programme: petits-déjeuners mensuels, rencontres de quartier, fêtes spéciales, etc. «Il y a le baby-club qui est très populaire, car il permet aux mamans et à leurs enfants de faire connaissance», poursuit la présidente. Pour adhérer à l’association, chaque famille doit débourser un montant annuel de 400 dirhams. «Et lorsque nous organisons des soirées, tout le monde contribue et participe», souligne Pascale Voron.Selon Mme Voron, l’adhésion à une association comme Casa Accueil ne risque pas d’encourager les  «expats» à se replier sur eux-mêmes. «Au contraire, cela facilite l’intégration. Nous fournissons aussi un bon nombre de renseignements sur les us et coutumes du Maroc. Et il y a parmi nos membres de nombreux couples mixtes», ajoute-t-elle. En 2004, le Maroc comptait près de 30.000 expatriés de nationalité française. Selon l’ambassade de France au Maroc, ce chiffre connaîtrait depuis une augmentation d’environ 4% par année.Marie-Hélène GIGUÈRE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc