×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Vous êtes 112.291 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 136.119 articles (chiffres relevés le 25/5 sur google analytics)
eleconomiste
Economie

Une métastase de conflits sociaux dans le public

Par L'Economiste | Edition N°:3333 Le 04/08/2010 | Partager

. Les agences urbaines rejoignent le mouvement des collectivités locales. Revendications: révision des statuts, salaires et alignement sur la fonction publique…. Logement social: du retard à prévoir EffeT boule de neige. Après les communes, c’est au tour des agences urbaines d’entamer un processus de grève. Ainsi, le syndicat national de l’habitat et de l’urbanisme affilié à la CDT annonce des débrayages tous les mercredis et jeudis du mois d’août. Une décision qui va perturber les services aux citoyens, mais les employés ne veulent pas revenir sur leur décision tant que leurs doléances n’ont pas été prises en compte. Le mouvement intervient aussi à l’approche de la délivrance des autorisations de construire pour les logements sociaux. Autrement dit, il faut s’attendre à des retards dans le démarrage des chantiers. Par la voix de leur syndicat, les employés des agences réclament une revalorisation du statut du personnel. «Cette affaire dure depuis deux ans et le projet de statut a déjà reçu l’aval du département de tutelle, mais c’est le ministère des Finances qui le bloque sous prétexte que la conjoncture ne le permet pas», affirme Mustapha Brahma, secrétaire général du syndicat national de l’habitat et de l’urbanisme. Les grévistes demandent la suppression des échelles 1 à 7 (l’équivalent des échelles de 1 à 4 dans la fonction publique). Ils souhaitent ainsi leur alignement immédiat sur les autres secteurs de la fonction publique. Pour rappel, le ministère de la Modernisation des secteurs publics avait promulgué en mars dernier un décret dans lequel il supprime les échelles de 1 à 4 pour les fonctionnaires. Les doléances du personnel des 25 agences urbaines du Royaume - qui emploient près de 1.200 personnes - comprennent aussi la révision à la hausse du système d’indemnisation et l’augmentation de 10% des salaires pour les échelles de 1 à 16 (l’équivalent de 1 à 9 dans la fonction publique).Autre revendication, la possibilité de rotation ou mutation entre les différentes agences urbaines en gardant le même salaire et le même statut. «Une situation qui pousse les ingénieurs et topographes à rejoindre le secteur privé, mieux rémunérateur», souligne Brahma. Le personnel des agences urbaines n’est pas le seul en grève. En effet, les fonctionnaires des collectivités locales observent à leur tour un débrayage du 3 au 5 août à l’appel de la Fédération nationale du personnel des collectivités locales et du syndicat démocratique affiliés à la FDT et à l’UNMT. Le mouvement qui se répète depuis plusieurs années fait suite à «la rupture du dialogue avec le ministère de tutelle». Les syndicats affirment que «ce dialogue a été arrêté de manière unilatérale de la part du ministère de l’Intérieur sans aucune explication». «Pourtant, on s’était mis d’accord sur la méthodologie du dialogue et sur les points à traiter», souligne Mohamed Larbi Elkharrim, secrétaire général du syndicat démocratique des collectivités locales. Le personnel des communes -150.000 personnes, soit le deuxième grand secteur public en termes d’effectif après l’enseignement- demande aussi la révision de son statut. «Il est illogique que les employés des communes continuent de travailler avec un statut ambigu qui date de 1977», déclare Elkharrim. Aussi, les syndicats des collectivités locales réclament leur alignement sur le statut de la fonction publique et la suppression des échelles de 1 à 4 en application du décret du ministère de la Modernisation des secteurs publics. Ils réclament la promulgation par le ministère de l’Intérieur d’un décret d’application pour les modalités de suppression de ces échelles.


Bras de fer depuis 1990

La grève des fonctionnaires des collectivités locales dure depuis le début des années 1990. Les séries de débrayages, à raison de deux jours par semaine, sont devenues une habitude, prenant en otage les citoyens. Les grévistes demandent notamment la réinstauration du système d’indemnité spéciale dont le montant a été relevé de 270 à 900 DH. Ils réclament aussi l’instauration d’indemnités pour les fonctionnaires travaillant dans les régions éloignées. La création, dans les plus brefs délais, de l’association des œuvres sociales est également revendiquée. Jalal BAAZI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc