×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Une charte de la PME au Parlement en décembre

Par L'Economiste | Edition N°:614 Le 12/10/1999 | Partager

· Le gouvernement prépare une panoplie de textes

Le gouvernement semble déterminé à mettre en place un cadre favorable au développement de la PME. Du moins si l'on juge d'après la panoplie de textes et mesures en préparation. La charte de la PME sera présentée au Parlement au mois de décembre prochain. L'annonce a été faite par M. Ahmed Lahlimi, ministre des Affaires Générales du Gouvernement, lors des premières assises nationales de la PME-PMI qui se sont tenues vendredi dernier à Casablanca. Au préalable, un groupe de travail a été chargé de préparer un livre blanc sur les PME. Il s'agit d'élaborer les principes et axes stratégiques à mettre en place pour favoriser le développement des entreprises. Les travaux de cette commission seront présentés aux partenaires à la fin du mois de novembre. L'objectif est de finaliser la charte de la PME.
Outre la création d'un cadre institutionnel spécifique aux petites et moyennes entreprises, l'équipe Youssoufi est en train de préparer un texte sur les mutuelles et les coopératives de crédits. Il s'agit d'assurer un financement de proximité à l'entreprise. Surtout que l'accès au financement représente l'un des principaux obstacles que rencontre la PME. " Cette dernière nécessite une approche spécifique dans son financement. Les partenaires doivent prendre en compte la qualité économique du projet et non pas la surface financière et les garanties offertes par le dirigeant. Il s'agit d'une nouvelle approche du risque qui favorise les projets audacieux", affirme M. Abderrahim Lahjouji, président de la CGEM.
Les autres mesures que le gouvernement compte mettre en place portent notamment sur l'allégement des procédures administratives. "Les PME ont plus de difficultés avec l'Administration que les grandes entreprises. A cet effet, nous avons établi en collaboration avec l'USAID un diagnostic de l'ensemble des difficultés et des coûts que supporte un investisseur", estime M. Lahlimi. L'objectif est de pouvoir identifier les différentes mesures administratives susceptibles de faire l'objet d'un allégement.
L'autre problème, auquel le gouvernement compte s'attaquer, porte sur la corruption. Un plan de lutte est en préparation. "L'objectif est de pouvoir détecter les occasions durant lesquelles ce phénomène pourrait se manifester. Il faut donc essayer de l'enrayer par des moyens adéquats", précise M. Lahlimi.
L'investissement public est également au centre des préoccupations, puisqu'il implique un accroissement de l'investissement privé.
A cet effet, le gouvernement prévoit de réduire les charges de la fonction publique de 13 à 9%. Cette baisse sera étalée sur une période de trois ans.

Khadija MASMOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc