×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Vous êtes 112.291 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 136.119 articles (chiffres relevés le 25/5 sur google analytics)
eleconomiste
Entreprises

Une chaîne de télé thématique pour les médecins : Canal Santé devrait démarrer le 11 mai

Par L'Economiste | Edition N°:77 Le 29/04/1993 | Partager

Un service inédit va être lancé en direction des professions médicales. Il s'agit d'une chaîne thématique de télévision, Canal Santé, qui utilisera une tranche horaire inemployée de 2MI.

Canal Santé sera donc la première chaîne thématique au Maroc. Elle émettra deux fois par semaine les mardi et vendredi de 8h30 à 9h30. Les émissions commenceront le 11 mai prochain, et à partir du 6 septembre prochain, Canal Santé passera à 5 heures par semaine, avec une heure par jour, sauf le samedi et le dimanche. En septembre, les émissions auront aussi des contenus plus spécifiquement destinés aux dentistes.

Canal Santé Maroc a été créée avec un capital de 500.000 DH et les participations Créargie, AVL-Logos, groupes ONA et Lyonnaise des Eaux.

La Lyonnaise des Eaux avait lancé un produit similaire en France, puis l'a arrêté parce qu'il n'arrivait pas à trouver son équilibre. Elle dispose néanmoins d'une banque d'images qui pourra être utilisée par Canal Santé au Maroc. Les coûts de fonctionnement seront inférieurs au Maroc, estiment les partenaires au projet.

Cependant, "les images seront rhabillées pour s'adapter au contexte marocain", indique le Dr Vial, qui participe auprès de Créargie au lancement du projet Canal Santé.

Les émissions de Canal Santé sont ciblées sur les médecins, chirurgiens dentistes et pharmaciens, à condition que ceux-ci en fassent la demande, en fournissant leur numéro d'inscription à l'Ordre et s'engagent à ne pas diffuser les informations reçues. Ce n'est qu'à ces conditions que leur décodeur, servant à recevoir par ailleurs 2MI, pourra être activé au moment des émissions.

Suivant les documents de Canal Santé, 85% de la population médicale cible de cette chaîne thématique exerce dans des zones couvertes par 2MI et 70 à 75% des professionnels (médecins, pharmaciens et chirurgiens-dentistes) ont accès à un décodeur.

Ce produit sera gratuit pour les personnes déjà abonnées à 2M. La Chaîne compte faire de la publicité, mais, précise M. Dominique Schwartz, fondateur de Créargie et partenaire à Canal Santé, "la chaîne ne vise qu'une petite partie du marché du marketing" des laboratoires et fournisseurs de matériels ou consommables médicaux.

L'ampleur de ce marché va de 100 à 450 millions de DH/an, selon des estimations très contradictoires suivant qu'elles intègrent ou non les fabrications des notices et dépliants, les échantillons gratuits, les coûts de l'entretien des visiteurs médicaux, les cadeaux divers aux prescripteurs...

Après les mésaventures de SOS-Médecins

Après les mésaventures du SOS-Médecins lancé par Isaaf Mondial Assistance(1), Canal Santé se montre "précautionneux" dans le montage de son produit. Des contacts étroits ont donc été entretenus avec le Ministère de la Santé Publique, qui voit d'un bon oeil l'arrivée d'émissions qui doivent favoriser la formation permanente des médecins, dentistes et pharmaciens en dépit de conditions très strictes. Les conditions sont imposées par les textes régissant d'une part l'exercice de la médecine (décret de 1960) et d'autre part le commerce des produits médicaux. l'affaire de SOS-Médecins a montré que ces derniers sont interprétés, dans certains cas, de manière très restrictive.

Juridiquement, le produit Canal Santé relève du décret 2/76/266 publié au BO du 6 mai 1977 sur les produits médicaux et leur publicité. La publicité devra, pour ce qui concerne les produits médicaux mais à l'exclusion du matériel et de consommables (non-concernés par le texte), se conformer strictement à la notice qui aura servi de base à l'autorisation de mise sur le marché (AMM) délivrée par le Ministère de la Santé Publique, précise Canal Santé à l'intention des agences qui seraient chargées par les laboratoires de réaliser des sports publicitaires.

Pour ce qui est de l'information médicale, Canal Santé considère que d'une part la diffusion est ciblée avec le décodeur activé sélectivement et que d'autre part la présence de médecins ne constitue pas une publicité pour eux dans la mesure où ils donnent des informations à d'autres médecins. Canal Santé cite à l'appui de son analyse les nombreuses présences de médecins sur les antennes des chaînes publiques TVM et RTM. Un comité d'éthique cependant est constitué pour évaluer après passage le contenu informationnel des émissions et leur conformité aux textes. Cependant, le ciblage du texte de 1960 exclut de la possibilité d'abonnement tout le personnel paramédical et ce, bien que, selon le Ministère de la Santé, ce personnel ait aussi besoin de recyclage permanent.

N.S.

(1) Cf L'Economiste des 11 et 25 mars et des 15et22avril 1993.Il a été reproché à SOS-Médecins de Isaaf Mondial Assistance trois points: exercice illégal de la médecine, les tarifs non-différenciés entre le service d'assistance et les prestations des médecins qui se déplaçaient au domicile des malades et la publicité pour son produit. Isaaf réfute ces reproches. Notons que la clinique Hakim vient de reprendre sa publicité, indiquant nominativement les médecins exerçant chez elle en en faisant un argument de différenciation. Cf page 43, notre rubrique De Bonne Source.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc