×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Un plan stratégique pour l’Onda

Par L'Economiste | Edition N°:2730 Le 07/03/2008 | Partager

. Un contrat-programme en cours de finalisation. Onda/RAM pour un transport domestique adapté. Partenariat avec Nareva pour la production de l’énergie éolienne TOUS les indicateurs pour l’Onda sont au vert. Le trafic aérien a enregistré une croissance de près de 17%, plaçant «le Maroc parmi les pays ayant connu les plus fortes croissances au monde». Au total, ce sont 12.126.177 de passagers qui ont «atterri» sur nos aéroports, dont 68% sur le faisceau du marché. Un faisceau qui est de loin le plus porteur, à la tête duquel trône la France avec 35% du trafic. Le directeur général de l’Office national des aéroports peut alors dormir sur ses deux oreilles. Abdelhanin Benallou est sorti soulagé du conseil d’administration de l’Office, tenu mercredi 5 mars à Casablanca, arborant une assurance certaine. Il a de quoi. Son ministre de tutelle venait de lui donner le OK pour un budget d’investissement de 2,6 milliards de DH. Il était de 2,18 milliards en 2007 pour un taux d’engagement (estimation de clôture de bilan) de 92%. Confiance est faite à l’Office dont le chiffre d’affaires a dépassé 2 milliards de DH, soit une progression de 14% par rapport à 2006. A noter que les redevances aéronautiques, vache à lait de l’Onda, a progressé de 12,4% pour atteindre 1,7 milliard de DH. Les autres redevances ont fortement progressé (+25%), mais ne s’élèvent qu’à 266 millions de DH. Mieux, les décisions du conseil semblent s’inscrire globalement dans la vision du plan stratégique 2008-2012 de l’Office. Un plan que le ministre de l’Equipement et du Transport a décliné sur trois grands axes: les acquis du plan précédent, le nouveau cadrage et l’environnement du transport aérien. Sur les cinq prochaines années, il devrait couvrir les grands chantiers de l’Office (extension des plateformes aéroportuaires), la compétitivité logistique (frêt et cargo) sur fond de sûreté de l’aviation, la mobilité et le transport durable fondés sur une stratégie marketing aéroportuaire… Le tout, selon Karim Ghellab, devrait être facilité par la mise en place du contrat-programme entre l’Etat et l’Onda, en cours de finalisation. Les autres chantiers-phares, en plus de la poursuite de développement des plateformes aéroportuaires, portent sur le partenariat avec Nareva (filiale énergie et environnement de l’ONA); l’étude initiée avec Royal Air Maroc pour la mise en place de la future architecture réseau des lignes intérieures de la compagnie; le partenariat avec l’OFPPT pour un institut dédié au management aéroportuaire ou encore le plan de financement des futures expropriations dans le cadre de la mise en place d’un troisième piste à l’aéroport Mohamed V. * Le contrat-programme. Ça sera un modèle réduit. Juste un cadre, avec objectifs de performances donc obligation de résultats. Une sorte d’affranchissement par rapport à sa tutelle, du contrôle quotidien, avec la nomination d’un comité d’audit émanant du Conseil d’administration. Benallou a reçu délégation de son conseil pour signer le contrat-programme avec le gouvernement.L’Office sera amené à consolider son savoir-faire et à s’adapter aux besoins du secteur, en mettant l’accent sur les ressources humaines et la formation. Il a désormais le feu vert pour promouvoir son expertise à l’international. La nouvelle démarche de Ghellab devrait aboutir à la modernisation du statut de l’Office «pour lui permettre de réagir de façon rapide et efficace aux impératifs du secteur». * Transport domestique adapté. Donnant les détails de cet ambitieux projet, Ghellab a révélé qu’«une étude pour un transport adapté est menée entre l’Onda et Royal Air Maroc». Pour sa touche personnelle, le ministre a dit son souhait de voir confier, in fine, ce segment à une société professionnelle «pour régler ce handicap», du fait que «le trafic domestique est traité comme des vols de mise en place, avec des horaires difficiles». Pour Ghellab, «l’idée c’est d’avoir une flotte dédiée». Reste à mettre en place les mesures d’accompagnement. Contacté par L’Economiste, RAM semble faire cavalier seul à ce sujet. «Royal Air Maroc a lancé depuis le début de cette année une étude globale portant sur l’ensemble de son réseau intérieur. Cette étude a pour objet la révision de l’architecture réseau des lignes intérieures de la compagnie». Objectif: «arriver à un programme de vols avec une offre adaptée à la clientèle nationale, en termes d’horaires et de fréquences».* Produire de l’énergie oélienne. Feu vert du conseil pour une convention de partenariat avec Nareva. Objectif: produire de l’énergie éolienne sur un des sites identifiés à Essaouira par l’ONE. Les études de faisabilité devraient débuter dans quelques mois. Si le projet voit le jour, la production servira à alimenter l’aéroport Mohamed V de Casabalnca, dans un premier temps, avant de l’étendre aux autres aéroports.


«Ce n’est pas moi qui fais les titres»

KARIM Ghellab n’espérait pas meilleure occasion. A questions idiotes, réponses appropriées. «De tous les secteurs du transport, quel est le plus performant»? La question est d’une «consœur» dont on ne sait de quel support, apparemment toute heureuse de se retrouver en face du ministre. «Etant donné qu’on est chez le directeur général de l’Onda, je vous réponds: le transport aérien», non sans éclater de rire. Croyant monter en régime, la journaliste assène: «L’Economiste a titré, Ghellab désavoue Benallou, qu’est-ce que vous en dites»? Vu ce qui précède, la réponse du ministre ne pouvait être que: «Je n’ai jamais désavoué Monsieur Benallou!» Alors, que commence le procès public de L’Economiste. «D’ailleurs, ce n’est pas moi qui fais les titres des journaux». A noter que le discours du ministre s’est déroulé en arabe. Mais pour faire passer le message à tout le monde, y compris aux journalistes non arabophones, Ghellab a choisi la langue de Molière. «Je profite de cette occasion pour rétablir la vérité». Restait plus alors qu’à afficher le parfait amour qu’il file avec l’Onda...Bachir THIAM

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc