×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Culture

Un monde fou

Par L'Economiste | Edition N°:1888 Le 02/11/2004 | Partager

■ Un garçonnet monte son propre enlèvement Un garçon de 8 ans affirmant avoir été enlevé a mis en émoi la police de Marseille pendant une quinzaine d’heures samedi avant qu’elle ne s’aperçoive que l’enfant avait tout inventé pour s’amuser, a-t-on appris dimanche de sources policières. Le 30 octobre au soir, l’hôtel de police de Marseille et plusieurs commissariats de la ville ont reçu des appels au secours, passés depuis un portable, de la part d’une personne affirmant avoir été enlevée, enfermée dans un coffre de voiture et conduite à bord d’un bateau en partance pour des destinations lointaines. Plusieurs dizaines de policiers ont alors été déployés sur les quais du port de commerce et en plusieurs endroits de la ville pour tenter de retrouver la victime. Mais ils parviennent à identifier l’auteur des coups de fil: il s’agit de Mathias, 8 ans, indemne à son domicile des quartiers sud de Marseille. Il a expliqué qu’il voulait s’amuser, jouer des scènes de films dont il est friand. Mathias ne pouvant être poursuivi en raison de son jeune âge, sa mère, qui a été convoquée à l’hôtel de police, pourrait éventuellement faire l’objet à sa place d’une procédure pour dénonciation de faits imaginaires.■ Cinquante ans après, ils se marient Leonardo Pineda, 91 ans, et Maria Melchor, 87 ans, se sont mariés le 30 octobre, après 50 ans de vie commune, à San Pedro Sula, dans le nord du Honduras. La cérémonie s’est déroulée dans la maison de retraite où ils vivent tous les deux depuis un an. Après le «oui, je le veux», les jeunes mariés ont dansé une valse devant les invités et pensionnaires de la maison de retraite, souvent en fauteuil roulant.■ Le fraudeur paie sa note… 24 ans plus tardUn Norvégien qui s’était esquivé au moment de payer sa note d’hôtel a, sous l’effet des remords, fait amende honorable 24 ans après les faits, a-t-on appris auprès de la direction de l’hôtel en question. L’hôtel Clarion de Kristiansand, au sud de la Norvège, a reçu récemment une lettre anonyme et un billet de 500 couronnes (61 euros) à titre de dédommagement pour la nuitée, les boissons et la nourriture non payées en 1980. «L’auteur y explique qu’en raison de son style de vie à l’époque, il était parti sans payer», a déclaré à l’AFP Kay Johnsen, le directeur de l’établissement. «Il y explique aussi que son mode de vie n’est aujourd’hui plus le même et qu’après de longues années de remords, il tenait à s’acquitter de sa dette et à présenter ses excuses. Nous les avons acceptées», a-t-il ajouté. L’hôtel a annoncé qu’il allait reverser l’argent à l’Armée du Salut.(AFP)

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc