×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Affaires

Un forum pour orienter les bacheliers

Par L'Economiste | Edition N°:1846 Le 03/09/2004 | Partager

. Le manque d’encadrement dans les lycées à l’origine de la passivité chez les élèves. Indécis, ces derniers considèrent l’université comme leur dernier recoursC’est déjà la rentrée et beaucoup de bacheliers sont encore indécis quant au choix de leurs branches d’études. Orientation Carrefour organise du 10 au 12 septembre un forum d’orientation pour les bacheliers à la salle couverte Ibn Yassinne à Rabat. Ces journées connaîtront la participation de tous les intervenants dans l’enseignement supérieur et la formation professionnelle. L’objectif est “d’encadrer les jeunes bacheliers pour concrétiser leurs projets universitaires et professionnels”, souligne Mustapha Faiq, conseiller d’orientation, organisateur de l’événement.Un rôle que seul le conseiller d’orientation est habilité à assumer, grâce notamment “à son profil et sa formation de base”, indique Faiq.Pour cette quatrième édition, les organisateurs tablent sur 15.000 visiteurs par jour. Après avoir collecté les informations nécessaires auprès des différents exposants, les visiteurs se dirigeront vers l’espace réservé aux Centres d’information et d’orientation (CIO). “7 conseillers volontaires orientent les élèves en fonction de leurs compétences et s’assurent si le choix de l’élève est compatible avec ses capacités”, précise-t-on. Un choix qui dépend aussi des capacités financières des familles et de leur niveau intellectuel. Les étudiants optent davantage pour les formations professionnelles facilitant l’accès au marché du travail tels que “le commerce, génie informatique, télécommunication… dites filières d’avenir”, est-il souligné. Ces trois jours ont aussi pour objet d’informer les lycéens et les parents sur les opportunités de formation et d’enseignement supérieur public et privé. Mais aussi “tisser des relations privilégiées avec l’administration, les établissements, les élèves et les parents d’élèves”, indique Faiq.Car, faire le bon choix après le bac n’est pas une mince affaire. L’élève doit s’y prendre tôt, c’est-à-dire dès la première année du lycée. Or, les élèves sont souvent découragés faute d’un accompagnement au sein des lycées. Selon une enquête réalisée par Orientation Carrefour à Bouznika, “hormis les élèves brillants pour qui l’orientation ne pose pas de problème, 90% n’ont aucun projet professionnel en tête”, indique Faiq. A l’origine, l’absence d’un encadrement au sein des lycées. “Les professeurs se limitent à donner le cours, sans oublier l’absence des activités parascolaire… autant d’éléments qui laissent un vide chez les élèves”, indique-t-il. Alors que l’enjeu est de taille, car un mauvais choix entraîne l’échec. Dans beaucoup de cas, les bacheliers se décident à la dernière minute. L’université reste leur dernier recours.


Des parents soucieux

Le nombre des visiteurs de ces manifestations qui va crescendo d’une édition à l’autre (24.000 en 2001, 33.000 en 2003 et 40.000 en mars 2004), témoigne d’un changement de mentalité aussi bien des élèves que des parents. Ces derniers s’impliquent davantage dans l’orientation de leurs enfants. Et ce, quelle que soit la classe sociale dont ils sont issus. Auparavant, “les parents d’élèves des milieux défavorisés se manifestaient rarement dans ces forums”, affirme Faiq.Meryeme MOUJAB

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc