×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Un forum des produits bio novembre à Marrakech

Par L'Economiste | Edition N°:627 Le 29/10/1999 | Partager


· Objectif, élaborer un plan d'action de la filière

Les opérateurs de la filière biologique au sein de (la Fédération des Industries de la Conserve des Produits Agricoles du Maroc) ne veulent pas perdre de temps. Juste après la création de leur association début octobre, ils enchaînent avec l'organisation d'un forum qui se tiendra le 10 novembre prochain à Marrakech. Objectif, élaborer un plan d'action et de relance pour la filière.
Si le développement du biologique démontre qu'un secteur est à l'avant-garde et à l'écoute des marchés, il nécessite une organisation spécifique et conforme à une réglementation stricte, notamment bannissant le recours aux pesticides.
«Le fait que l'association regroupe l'ensemble des opérateurs de la filière répond aux impératifs de la réglementation, combien stricte, exigée par les marchés de consommation. L'agrément est en effet la règle pour tout intervenant qu'il soit producteur, transformateur, commerçant ou fournisseur d'intrants ou services», souligne un communiqué de la Ficopam. C'est donc pour s'adapter à cette réglementation et initier une législation nationale conforme aux exigences de développement de ce secteur que les opérateurs ont décidé de se regrouper.

Valorisation des exportations


Reste que les défis ne se limitent pas aux seuls aspects réglementaires. Ils concernent également la recherche en matière de techniques culturales, la formation des techniciens rompus à la production biologique, l'encadrement des producteurs, la promotion d'outils de conditionnement et de logistiques spécifiques... Autant d'actions qui d'ailleurs seront au centre du forum de Marrakech.
«L'objectif est d'asseoir cette filière sur des bases solides à même de garantir une meilleure valorisation de nos exportations agricoles et agroindustrielles», est-il indiqué.
Aujourd'hui, face à une croissance soutenue, particulièrement au niveau des marchés de l'Union Européenne, de nouvelles niches et opportunités sont apparues pour les opérateurs marocains. Et dans la tendance mondiale, le Maroc a mis «au vert» plusieurs produits. Ainsi, près d'un millier d'hectares sont cultivés et agréés pour la production de maraîchage, d'agrumes, d'olives et de plantes aromatiques. A partir de là, des possibilités d'exportation ont été créées.
Ainsi, les expéditions marocaines réalisent des scores non négligeables. Elles sont ainsi passées de 500 tonnes en 1996 à 1.600 l'année dernière. A titre d'exemple, en 1998/99 les exportations de légumes bio ont été multipliées par six fois et demie, avec 1.185 tonnes contre 188 un an auparavant. Pour cette campagne d'exportation de primeurs, qui vient de démarrer, la tomate bio annonce déjà la couleur. Selon les statistiques de l'EACCE, les exportations ont atteint au 25 octobre 81,4 tonnes, contre 17,2 à la même période de l'année dernière (+373%).

Meriem OUDGHIRI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc