×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Vous êtes 112.291 lecteurs à vous connecter sur leconomiste.com chaque jour. Vous consultez 136.119 articles (chiffres relevés le 25/5 sur google analytics)
eleconomiste
Entreprises

Un créneau pour les agences de voyage : Le pèlerinage: D'abord les procédures administratives

Par L'Economiste | Edition N°:77 Le 29/04/1993 | Partager

C'est la période du pèlerinage, et des millions de Musulmans se préparent pour le grand voyage. Autorisations, attestations, visas... le "ticket" pour les lieux saints se trouve soumis à de nombreuses formalités.

Contrairement à l'Omra qui est laissée à l'appréciation du Musulman, le pèlerinage est une obligation circonscrite à une période précise. Il s'agit de la période de l'Aïd El Kébir.

En accord avec les autorités saoudiennes, 1% de la population de chaque pays musulman fera partie du voyage, soit pour le Maroc environ 30.000 pèlerins.

Un quota de 150 personnes par agence a été fixé par une commission composée du Ministère du Tourisme, de la Fédération des agences de voyages, de l'Office des Changes, du Ministère de l'Intérieur et du Ministère des Habous et des Affaires Islamiques.

Prés d'une centaine de vols réguliers et supplémentaires prévus par la RAM assureront le transport d'environ 25.000 voyageurs vers les lieux saints. Le premier vol est prévu pour le 30 avril et le dernier pour le 25 mai.

Pour le pèlerinage, deux formules sont proposées: le voyage organisé par les préfectures et celui organisé par les agences de voyages. Ce dernier reste le plus prisé, notamment pour les personnes ayant les moyens de recourir aux services offerts par les agences.

"La différence, explique un responsable d'agence, réside au niveau du prix qui équivaut à une différence de qualité".

Les agences proposent "le confort" et la proximité de façon générale de la mosquée (le Haram). Celle-ci est en moyenne à 500m et 1.000m lorsqu'il s'agit des voyages organisés par les préfectures.

L'autre différence réside également au niveau de la séparation des familles et les promiscuités: la Préfecture propose des hébergements pour 7, voire 8 personnes par chambre.

Les pèlerins sont généralement accompagnés par un responsable, soit de l'agence, soit de la préfecture (environ une personne pour 25 pèlerins).

"Avant le grand voyage", les différentes formalités qui doivent être accomplies par le pèlerin concernent l'attestation d'inscription délivrée par l'agence de voyages et l'attestation administrative.

Bonne conduite pour les "hajjates"

Obligatoire, celle-ci est une sorte de restriction pour une période de cinq ans mise en place pour permettre un meilleur flux de pèlerins. A cela, les "hajjates" doivent ajouter une attestation de "bonne conduite" délivrée par l'arrondissement. Cette attestation, délivrée l'on ne sait sur quels critères, concerne uniquement les femmes, et pas les hommes qui sont dédouanés de toute preuve de leur bonne ou mauvaise conduite. L'Office des Changes qui alloue au pèlerin une dotation de l'ordre de 18.000DH, englobe le paiement des prestations d'hôtellerie, la "taxe saoudienne" qui est d'environ 959 rials (2.250DH). Celle-ci concerne les prestations pour le "moutaouif" et le transport.

Jugeant la dotation insuffisante, les agences de voyages sont actuellement en pourparlers avec l'Office des Changes en vue de l'augmentation de cette dotation à 22.000DH. En effet, expliquent les professionnels, "l'hôtellerie en période de pèlerinage coûte très cher. Le prix d'une unité est d'environ 1.000DH en période normale, et peut aller jusqu'au triple en période de pèlerinage". En complément à la dotation, les agences de voyages qui font du "réceptif" (import de tourisme) ont recours au compte CCPEX (compte convertible)(1).

"Haj express"

Les agences de voyages offrent des séjours qui peuvent durer 12 jours pour les "hajs express", 15 jours voire trois semaines pour les "hajs" plus longs. Avec les préfectures, la durée est plus longue, entre 21 et 28 jours en fonction des vols.

Les formules proposées englobent généralement le transport aérien, l'assistance à l'arrivée à Jeddah ou à Médine, l'accompagnement dans les rites à effectuer, l'hébergement sous les tentes à Minane et Arafa. Les agences de voyages perçoivent une commission sur les billets vendus, titres de la compagnie, qui est de l'ordre de 9%.

Les prix de l'ensemble des formules varient entre 32.000DH (chambre double avec salle de bains), 28.000DH (chambre triple et salle de bains) et 27 .000DH (chambre quadruple et salle de bains).

M.O.

(1) Les agences de voyages spécialisées dans le réceptif ou dans l'import de tourisme peuvent conserver 10% de leur chiffre d'affaires qui est automatiquement transformable en devises et qu'elles peuvent utiliser pour leurs voyages à l'étranger, sans justificatif ni autorisation préalable de l'Office des Changes.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc