×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

International

Un consortium pour les gros consommateurs d’énergie

Par L'Economiste | Edition N°:2276 Le 16/05/2006 | Partager

. Exeltium proposera ainsi des prix plus stablesDES représentants de sept entreprises fortement consommatrices d’électricité ont signé, le 15 mai à Bercy, les statuts du consortium. Il doit leur permettre d’accéder à des tarifs plus prévisibles. Les entreprises dites «électro-intensives» regroupées dans ce consortium pourront investir, via les producteurs d’électricité, dans des moyens de production. Elles vont bénéficier en contrepartie de prix stables fondés sur les coûts de production et non sur les prix de marché volatiles. Ce consortium, baptisé Exeltium, doit à terme regrouper une soixantaine d’entreprises, ce qui représente environ un millier de sites de consommation en France, a relevé le ministre délégué à l’Industrie, François Loos. Les sept sociétés «fondatrices» sont Arkema (filiale chimique du groupe Total), Air Liquide (gaz industriels), Alcan, Arcelor, Rhodia, Solvay et UPM. La mise en place officielle de ce consortium permettra aux entreprises dites «électro-intensives» d’obtenir dans les jours qui viennent un agrément fiscal. Il va leur donner la possibilité de lancer des appels d’offres auprès des producteurs d’électricité pour obtenir des droits de tirage de fourniture d’électricité à des prix compétitifs. Selon le ministère de l’Industrie, «une soixantaine d’entreprises, représentant 20% du marché ouvert de l’électricité, pourraient être éligibles à ce consortium». L’achat de droits de tirage se fera par un versement en liquidités, qui sera en grande partie financé par les banques, ont expliqué les industriels. Les petites et moyennes entreprises (PME-PMI) pourront aussi se regrouper afin de profiter d’offres plus attractives et de négocier des contrats de long terme, sur 5 à 10 ans, pour obtenir des prix plus avantageux. Quant aux producteurs, ils se sont engagés à l’issue d’une table-ronde à Bercy à proposer à leurs clients des offres commerciales qui soient non indexées à la hausse sur le prix de marché, tout en faisant en revanche bénéficier des baisses.Synthèse L’Economiste

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc