×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Entreprises

Un bilan social pour les entreprises marocaines verra bientôt le jour

Par L'Economiste | Edition N°:515 Le 26/05/1999 | Partager

· Un document qui n'aura pas un caractère obligatoire

· L'enquête sur l'information sociale au Maroc concerne les entreprises privées et publiques


LA présentation du projet de bilan social marocain aura lieu le 10 juin prochain et ce, lors de la journée d'étude organisée sur "Le bilan Social de l'entreprise marocaine: l'autre défi de relever la compétitivité" par le groupe LMS en collaboration avec L'Economiste.
L'enquête menée depuis deux mois par LMS Marketing sur l'état de l'information sociale au Maroc porte aussi bien sur les entreprises privées que publiques, y compris certains ministères (dont celui du Développement Social, de la Solidarité, de l'Emploi et de la Formation Professionnelle). Les résultats détaillés de l'étude ne sont pas encore arrêtés. En revanche, quelques constats se dégagent déjà. Du moins si l'on juge d'après les propos des enquêteurs "Pour certains indicateurs, nous avons constaté une grande hétérogénéité", souligne M. Mohamed El Otmani, directeur à LMS, lors de la conférence de presse organisée mardi dernier à Casablanca.
Le bilan social n'aura pas de caractère obligatoire. Reste que la mise en place de mesures incitatives pourrait amener les entreprises à suivre le mouvement. "L'on pourrait par exemple réfléchir à un système d'incitation économique", souligne M. El Otmani. Pour ce qui est du contenu du bilan, les gestionnaires des RH comptent retenir une centaine d'indicateurs sociaux. LMS considère que la présentation du document doit être simple de manière à faciliter sa lecture.

Les gestionnaires prévoient la mise en place de deux bilans. Le premier s'appliquera à toutes les entreprises (un tronc commun) et le second sera plus détaillé en fonction des différentes branches d'activité. Il s'agit de mettre en place "un document qui récapitule les principales données chiffrées afin d'apprécier notamment la situation de l'entreprise dans le domaine social, d'enregistrer les réalisations effectuées et aussi pour mesurer les changements intervenus sur une période donnée", est-il indiqué. Ce bilan constitue également "une description des résultats de la politique sociale menée dans l'entreprise dans le domaine de l'emploi, des conditions de travail, de la formation et des relations sociales".
Parmi les autres points qui seront sans doute débattus, figure l'accès au bilan social. La question est de savoir quelles sont les parties (direction, actionnaires ou délégués du personnel par exemple) qui seraient habilitées à accéder au document.
Un comité scientifique composé de 35 gestionnaires a été créée en vue de mener une réflexion sur les conditions de mise en place de ce bilan.

Khadija MASMOUDI

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc