×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Politique

UGTM: Un congrès extraordinaire pour «rompre avec le passé»

Par L'Economiste | Edition N°:2200 Le 25/01/2006 | Partager

. La conférence de mardi sous haute surveillance. Afilal dément sa démissionC’est sous haute surveillance que la conférence de presse du mouvement réformateur de l’Union générale des travailleurs du Maroc (UGTM) a été organisée, hier mardi 24 janvier, au siège central du syndicat à Casablanca. Les partisans du mouvement contrôlaient les arrivants à la porte. Une centaine de mètres plus loin, dans une ruelle devant le cinéma Atlas, stationnaient une douzaine de voitures de police. La crainte d’une intervention musclée de la part des partisans d’Abderrazak Afilal était claire. Ce dernier avait multiplié les déclarations à la presse, depuis l’occupation du siège de la centrale par les membres du mouvement réformateur, samedi dernier (www.leconomiste.com). Alors que la plupart des journaux et les chaînes TV ont annoncé sa démission de l’UGTM et du parti de l’Istiqlal, il revient à la charge et dément la nouvelle dans un communiqué à la MAP. «Je voudrais clarifier la situation et rétablir la vérité en affirmant n’avoir pas démissionné de l’UGTM. Cela signifie que je continue à occuper le poste de secrétaire général de l’Union». Le congrès national extraordinaire du 29 janvier 2006, objet de la conférence, sera l’occasion pour préparer le congrès national ordinaire, prévu dans une année.Plusieurs membres du bureau exécutif de la centrale étaient présents à cette rencontre, qui s’est tenue dans une salle dont l’état laisse beaucoup à désirer. D’ailleurs, le syndicat ne s’est pas acquitté de plus de 400.000 DH de frais de location de son siège. «Une autre preuve de la mauvaise gestion d’Afilal», souligne un membre de l’Union. Bien entendu, la conférence a démarré sous les slogans anti-Afilal. Certains partisans scandaient le nom de Mohamed Benjelloun El Andaloussi, comme remplaçant du secrétaire vétéran. «Tous ceux qui le désirent peuvent déposer leur candidature. Le temps de la gestion individuelle est révolu», a lancé Benjelloun El Andaloussi. Selon les membres du mouvement réformateur, la gestion d’Afilal était «catastrophique». L’Union a enregistré une grande regression au niveau de sa représentativité dans plusieurs instances, notamment la Chambre des conseillers. «Il est temps de mettre un terme à cette crise», avancent les membres du mouvement. Selon Hamid Chabat, membre du mouvement réformateur et maire de Fès, l’UGTM veut évoluer dans le sens d’un syndicalisme citoyen. Le temps du syndicalisme purement revendicatif n’est plus. Afilal travaille selon l’état d’esprit des années 50-60. Il dirige l’UGTM comme si c’était une entreprise familiale. «Nous avons un plan de restructuration en profondeur de l’Union, qui ne donnera de légitimité qu’aux seules instances de la centrale syndicale», explique Chabat. Pour lui, le changement apportera également plus de décentralisation, notamment au niveau des bureaux régionaux et locaux. Mohamed AKISRA

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc