×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Tuberculose: 26.132 nouveaux cas déclarés

Par L'Economiste | Edition N°:2210 Le 09/02/2006 | Partager

. Un plan mondial pour éradiquer cette maladie . Un vaccin pour 2015 La tuberculose recule au Maroc, mais continue de préoccuper. En 2005, 26.132 nouveaux cas, toutes formes confondues, ont été enregistrés dans l’ensemble du Royaume. Le taux d’incidence est de 87 nouveaux cas pour 100.000 habitants. Ils sont 12.280 nouveaux cas de tuberculose pulmonaire contagieuse, Tuberculose pulmonaire à microscopie positive, à être signalés (avec un taux d’incidence de 41 nouveaux cas pour 100.000 habitants). En 2004, ces chiffres étaient respectivement de 26.149 et 12.223. La réduction du nombre des cas de tuberculose au cours de ces neuf dernières années suggère que la tendance épidémiologique actuelle de la tuberculose se fait vers la régression de l’incidence. Selon le ministère de la Santé, malgré ces résultats prometteurs, la tuberculose restera, durant les prochaines années, un problème majeur de santé dans le Royaume. Pour aboutir à une réduction significative et rapide de ce fléau, les responsables du ministère préconisent le maintien de l’effort de lutte contre cette maladie outre la nécessité de lancer une réelle mobilisation sociale en faveur de la lutte antituberculeuse. Les activités de dépistage des sources d’infections de la tuberculose se sont intensifiées grâce à l’accroissement de l’offre de soins, au développement des prestations des services de lutte antituberculeuse et leur intégration dans les soins de santé de base. Selon un bilan dressé par le ministère de tutelle, les objectifs fixés par le Programme national de lutte antituberculeuse ont été largement atteints, concernant à la fois le dépistage et le traitement des cas. Chiffres à l’appui, le maintien des taux de détection et de guérison des cas de tuberculose pulmonaire à microscopie positive respectivement à plus de 80% et à environ 90% depuis 1991 est à l’origine de la diminution de l’incidence de la tuberculose. L’apport du bacilloscopiste est indiscutable puisqu’il est à la base de la pyramide. Au niveau mondial, l’arme préconisée pour combattre la tuberculose est la stratégie DOTS (Traitement directement observé de courte durée), peu coûteuse et qui pourrait éviter des millions de cas et de décès au cours de la prochaine décennie. De même, le partenariat «Halte à la tuberculose» a présenté fin janvier son plan mondial 2006-2015. Ce plan vise à faire reculer cette maladie curable et évitable qui fait 5.000 morts chaque jour à travers le monde, soit un décès toutes les 15 secondes. Un tiers de la population mondiale (environ 2 milliards de personnes) est infecté. Si l’on ne fait rien contre la tuberculose au cours des 20 prochaines années, près d’un milliard de personnes supplémentaires seront infectées, 200 millions contracteront la maladie et 35 millions en mourront. Le plan lutte en vue de réduire l’incidence de la maladie, conformément aux objectifs du millénaire pour le développement (OMD). Il détermine aussi les ressources nécessaires pour combattre la maladie en se fondant sur une analyse épidémiologique et de justifications budgétaires. Pendant la durée décennale du plan, quelque 50 millions de personnes seront traitées. Environ 800.000 patients atteints de tuberculose à bacilles multirésistants (TB-MR) et presque 3 millions de patients ayant à la fois la tuberculose et le virus de l’immunodéficience humaine (TB/VIH) recevront également un traitement antirétroviral (conformément aux plans d’accès universel de l’Onusida).Quelque 14 millions de vies seront sauvées entre 2006 et 2015, d’après les estimations des auteurs du plan. Un nouvel antituberculeux (le premier depuis 40 ans) sera mis en circulation en 2010, de même qu’un nouveau schéma thérapeutique de brève durée (1–2 mois) immédiatement après 2015. D’ici 2010, des tests diagnostics utilisables au niveau des centres de santé périphériques permettront de dépister la tuberculose évolutive rapidement, efficacement et à moindre frais. D’ici 2012, l’usage d’une trousse diagnostique permettra de dépister avec exactitude les personnes présentant une tuberculose latente et celles pour qui le risque d’évolution vers le stade de la maladie est élevé. Un nouveau vaccin, sûr, efficace et abordable sera disponible: selon toute probabilité, il aura un impact considérable sur la lutte antituberculeuse à venir, d’ici 2015.


Financement

Par rapport au premier plan mondial, le coût total de ce nouveau programme (56 milliards de dollars) représente une augmentation des investissements annuels de lutte antituberculeuse de l’ordre du triple. Des estimations montrent qu’il manquera 31 milliards; étant donné que 25 milliards seront disponibles si les tendances de financement actuelles continuent.F. Z. T.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc