×
  • L'Editorial
  • régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Le prix de L’Economiste pour la recherche en économie, gestion et droit
    Entreprises

    Transport sanitaire : L'assistance adapte son service

    Par L'Economiste | Edition N°:193 Le 17/08/1995 | Partager

    C'est en cette période de voyages qu'il faut relire son contrat d'assistance. Les deux sociétés qui se partagent le marché local doivent aller au delà de leur vocation de transport sanitaire en raison du manque d'infrastructures.

    Souscrire à un contrat d'assistance avant les départs en voyage est depuis longtemps entré dans les moeurs en Europe. Personne n'est à l'abri d'un incident qui peut écourter le séjour à l'étranger. Les contrats souscrits garantissent alors un ensemble de prestations qui permettent d'assister les personnes en cas de blessure ou de maladie. Le rapatriement du malade notamment est à la charge de la compagnie assureur.

    Au Maroc, le marché de l'assistance sanitaire revêt certaines particularités et tout d'abord celle d'être un secteur à la limite de l'assurance et du sanitaire. En effet, si les deux compagnies qui se partagent le marché de l'assistance sanitaire, Maroc Assistance Internationale et Isâaf Mondial Assistance, avouent ne pas se cantonner uniquement à leurs obligations contractuelles d'assisteurs, c'est surtout en raison de l'insuffisance des infrastructures sanitaires.

    "Si, en Europe, les compagnies d'assistance ont à leur disposition les Services d'Aide Médicale Urgente-SAMU qui peuvent intervenir aussi bien sur la voie publique qu'à domicile, au Maroc il faut avoir sa propre logistique pour pouvoir réagir dans les plus brefs délais", déclare M. Abdelhaï Benkirane, vice-président directeur général de Maroc Assistance Internationale.

    S'agissant de la logistique propre à Maroc Assistance, il est précisé qu'elle est extensible à celle des prestataires privés à la condition que cette dernière présente les critères de qualité et de sécurité requis.

    Isâaf Mondial Assistance avoue également recourir aux ambulanciers privés pour le transport de ses assurés. En fait, dans les régions reculés du Maroc, rareté oblige, c'est vers les mêmes prestataires que s'adressent les deux sociétés d'assistance sanitaire.

    Toutefois les compagnies d'assistance sanitaire mettent en garde contre les risques de confusions. "Il faut que les gens comprennent que notre vocation n'est pas d'avoir des véhicules de réanimation, ni de faire du ramassage sur la voie publique", est-il souligné.

    Concernant, le transport de l'assuré par avion à l'étranger, Maroc Assistance Internationale précise avoir opté pour les prestataires étrangers malgré leurs coûts en devises.

    Assistance en milieu urbain

    Ce type de transport exige une certaine formation. Ainsi, pour les personnes cardiaques notamment, certains paramètres d'altitude doivent être pris en considération si l'on veut éviter toute complication. "En attendant que les avions locaux aient fait leurs preuves, il faut donner toutes ses chances au malade", est-il précisé.

    L'autre particularité des contrats d'assistance sanitaire est qu'ils ont été adaptés à la demande locale. En effet, initialement, ce type de contrats répondaient surtout à un besoin de rapatriement du malade ou de l'accidenté dans son pays d'origine. Au Maroc, dans une population d'assurés potentiels qui pour la plupart ne quittent pas leurs villes de résidence, il était impératif de créer "l'assistance en milieu urbain".

    M. Benkirane, qui revendique fièrement l'innovation, précise que "là il devient plus aisé de convaincre le responsable de société pour qu'il souscrive à un contrat de groupe". Effectivement; Maroc Assistance Internationale a été plus, convaincante, même plus que son unique concurrent, les chiffres le prouvent. La société, créée il y a 18 ans, gère actuellement un portefeuille clients de 1,2 million d'adhérents, pour la plupart des ressortissants marocains à l'étranger. Par ailleurs Maroc Assistance a réalisé en 1993 un chiffre d'affaires de plus de 97 millions de DH pour un total chiffre d'affaires du secteur assistance de 110,3 millions de Dirhams.

    A l'instar des primes dues pour les contrats d'assurance standards, celles à payer par les souscripteurs dans le cas de l'assistance sanitaire varient également en fonction de la nature des contrats. Les contrats souscrits individuellement étant les plus sinistrables, ils sont donc les plus chers. "La sinistralité est mauvaise", rappelle à ce niveau M. Fouad Bensaid, directeur général de Mondial Assistance. Le rapport sinistres/primes dépasse facilement les 80% chez les sociétés d'assistance. En moyenne, il faut compter 400 DH par personne et 800 par famille pour un contrat souscrit individuellement chez Maroc Assistance Internationale contre 140 DH pour un contrat souscrit par l'intermédiaire d'une banque.

    Les prestations garanties

    En cas de réalisation du risque, les sociétés d'assistance garantissent tout d'abord le transport sanitaire de l'assuré malade ou blessé, au Maroc ou à l'étranger, jusqu'à l'établissement prescrit selon la gravité de son cas. Par ailleurs sont également garantis les frais de voyage d'un proche parent pour lui permettre d'accompagner ou de se rendre auprès de l'assuré hospitalisé.

    Si l'hospitalisation dure plus de 10 jours, les frais d'hébergement de l'accompagnateur sont également garantis, à concurrence de 500 Dirhams par jour et avec un plafond de 5.000 Dirhams chez Maroc Assistance contre respectivement 300 Dirhams et 3.000 chez Mondial Assistance.

    Les frais médicaux engagés à l'étranger donnent également droit au remboursement. Ledit remboursement s'effectue dans la limite d'un plafond de 30.000 Dirhams chez Maroc Assistance contre 15.000 chez Mondial Assistance.

    En cas de transfert sanitaire du Maroc vers l'étranger, ces remboursements sont portés respectivement à 60.000 et 30.000 Dirhams.

    Les frais médicaux engagés au Maroc ne sont pas pris en charge chez Mondial Assistance. Chez Maroc Assistance, ils ne sont garantis qu'en cas d'accident de la circulation et à concurrence de 5.000 Dirhams.

    Autre prestation généralement garantie: les frais de prolongation à l'hôtel. A ce niveau, les versions proposées dans les conditions générales des contrats des deux sociétés d'assistance laissent le champ-libre à toutes interprétations: "si à l'issue d'une hospitalisation à l'étranger de l'assuré durant une période ininterrompue supérieure à 10 jours sur place à la suite d'un sinistre couvert par la présente convention, son état nécessite une prolongation de son séjour, Maroc Assistance prend en charge ses frais d'hébergement dans un hôtel à concurrence de 500 Dirhams par jour, dans la limite d'un plafond de 2.500 Dirhams".

    Chez Isâaf ces frais sont définis ainsi: "A l'étranger, si l'état de l'abonné ne justifie pas une hospitalisation ou un transport sanitaire et s'il ne peut entreprendre son retour à la date initialement prévue, Isâaf Mondial Assistance prend en charge, s'il y a lieu, ses frais réellement exposés de prolongation et séjour à l'hôtel jusqu'à un maximum de 300 Dirhams par jour. Cette prise en charge ne pourra en aucun cas dépasser 1.500 Dirhams, les frais de nourriture et annexes n'étant pas pris en charge".

    Après rétablissement du malade, son rapatriement au Maroc ou à l'étranger est normalement pris en charge par la société d'assistance.

    Les cas de décès supposent également quelques prestations. Ainsi, s'il s'agit du décès d'un proche parent au Maroc, un titre de transport (billet de car, train de première classe, ou avion en classe économique) est mis à la disposition de l'assuré (ou de son conjoint chez Maroc Assistance) en voyage au Maroc ou à l'étranger. En cas de décès de l'assuré au Maroc ou à l'étranger, les sociétés garantissent le rapatriement du corps.

    En outre, le retour au domicile des autres membres de la famille assurés est également pris en charge, à condition que "le décès de l'abonné rende impossible le retour par les moyens initialement prévus" (Mondial assistance) ou "lorsqu'ils ne peuvent utiliser les moyens de transport initialement prévus pour le voyage" (Maroc assistance).

    En cas de panne du véhicule au Maroc ou à l'étranger, et si le véhicule est irréparable sur place, les sociétés d'assistance prennent en charge les frais de remorquage du véhicule jusqu'au garage le plus proche, à concurrence de 700 Dirhams chez Mondial Assistance et à hauteur de 1.000 Dirhams chez Maroc Assistance. Si le véhicule immobilisé est jugé irréparable sur place et si sa réparation exige une durée supérieure à 5 jours, le rapatriement du véhicule est pris en charge.

    Par ailleurs, si l'assuré est dans des cas bien précis dans l'incapacité de conduire son véhicule, les sociétés mettent à sa disposition un chauffeur pour "ramener le véhicule jusqu'au domicile" (Mondial Assistance), et "pour ramener le véhicule et ses passagers assurés jusqu'au domicile au Maroc" (Maroc Assistance).

    Les sociétés d'assistance garantissent l'envoi de pièces détachées s'il est impossible de se les procurer sur place. Le prix des pièces et les droits de douane restent toutefois à la charge de l'assuré.

    D'autres prestations concernant l'assistance aux véhicules existent. En cas d'immobilisation du véhicule suite à une panne, un accident ou un vol, à l'étranger ou au Maroc, les sociétés d'assistance mettent à la disposition des assurés des titres de transport pour qu'ils puissent rejoindre leur domicile si le véhicule est immobilisé, ou récupérer le véhicule s'il est réparé.

    Enfin, au niveau de l'assistance juridique à l'étranger, les sociétés garantissent à hauteur des plafonds la "défense et recours" et "l'avance de caution pénale".

    Conditions d'assistance

    Souscrire à un contrat d'assistance n'implique pas automatiquement la prise en charge de l'assuré à la suite de n'importe quel type de maladie ou d'accident.

    S'agissant de la garantie "assistance en cas de blessure ou de maladie aiguë subite" par exemple, la convention d'assistance de groupe chez Maroc Assistance Internationale conditionne le transport de l'assuré par rapport à plusieurs facteurs.

    Tout d'abord, le contrat ne joue qu'à la suite d'un accident ou d'une maladie grave subite.

    La même convention définit en détail les termes d'accident, de maladie aiguë subite et de maladie grave subite. A ce niveau, dans ses garanties d'assistance aux personnes, la convention de Isâaf Mondial Assistance est plus souple.

    En effet, il est précisé que "même en cas d'affections bénignes ou de blessures légères susceptibles d'être soignées sur place, Isâaf Mondial Assistance pourra organiser et prendre en charge le transport..".

    Par ailleurs, pour que le transport de l'assuré au Maroc ou à l'étranger soit pris en charge par la compagnie, il faut que l'assuré ne puisse pas être soigné sur place. Dans tous les cas, seuls les médecins conseils de la compagnie sont aptes à juger de la nécessité ou non du transport sanitaire.

    Mohamed BENABID

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc