×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Affaires

Transport à Casablanca
Sajid croit au projet du tramway

Par L'Economiste | Edition N°:1723 Le 11/03/2004 | Partager

. Ce sera l'un des principaux points à débattre dans les semaines qui viennent Le Conseil de la ville de Casablanca a poursuivi hier, mercredi, sa session de février. Celle-ci devait normalement se tenir le 27 du mois dernier, mais elle a été reportée en signe de solidarité avec les sinistrés d'El Hoceïma. Neuf points figuraient à l'ordre du jour, mais un seul a été débattu par les conseillers. La session étant toujours ouverte, les autres points sont renvoyés à d'autres séances.D'entrée, Mohammed Sajid, maire de Casablanca, a exposé les principales activités du bureau et passé en revue les différents dossiers en cours: gestion déléguée de la collecte des ordures, transport urbain et décharge publique (www.leconomiste.com). Il a également tenu à faire le point sur d'autres projets moins avancés comme le PDU (plan de déplacement urbain) ou le tramway. Les conseillers, pour leur part, ont accusé la présidence de ne les informer que tardivement. Le tramway est, selon Sajid, plus rentable au niveau coûts/bénéfices que le métro. «Le tramway est quatre fois moins cher que le métro». Et d'ajouter: «Dans le monde entier, il y a un regain d'intérêt pour ce moyen de transport, qui permettra en plus la restructuration de l'espace urbain et la préservation de l'environnement». La décharge publique actuelle pose de sérieux problèmes environnementaux (1 million de tonnes de déchets par an). A cet effet, la mairie a sollicité l'aide technique de l'une des sociétés adjudicataires de la collecte des ordures. L'objectif est de restructurer l'actuelle décharge en attendant la mise au point d'une nouvelle respectant les standards internationaux. Celle-ci prendra place sur un terrain de 92 ha dont les études géotechniques et géohydrauliques sont en cours de finalisation. Juste après, un appel d'offres pour l'aménagement et l'exploitation du nouveau site sera lancée. Auparavant, il faudra aussi régler la question du foncier, en l'occurrence celle du terrain occupé par la décharge de Médiouna. A en croire Rédouan Messoudi, membre du Conseil, la ville n'est pas propriétaire de cet espace, il s'agit d'un squat pur et simple. Le tribunal de première instance, la Cour d'appel et la Cour de cassation ont donné raison aux propriétaires légitimes, mais la ville refuse de s'exécuter. «Si la mairie voulait bien s'attribuer la propriété de ce terrain, qu'elle procède légalement d'autant plus que les ayants droit résident à l'intérieur même de la décharge», ajoute-t-il. Au cours des prochaines séances de cette session du conseil, il sera question d'élire les représentants dans de nombreux comités (comité de coopération, de communication…) et d'approuver 7 projets dont celui du tramway et du contrat-programme avec le gouvernement. Sajid, parviendra-t-il à les faire passer? Ali JAFRY

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc