×L'Editorialjustice régions Dossiers Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Courrier des Lecteurs

Trafic portuaire à fin octobre : Hausse de 7% sans l'eau potable

Par L'Economiste | Edition N°:207 Le 07/12/1995 | Partager

Le trafic traité par les ports de Tanger et Jorf Lasfar crèvent les plafonds en raison des échanges d'eau potable. A l'import, les céréales et le charbon, notamment, continuent d'augmenter.


Le trafic portuaire a atteint à 44.337.902 tonnes au cours des dix premiers mois de l'année, en hausse de 30,8% par rapport à la même période de 1994. Sans le cabotage de l'eau potable à destination de Tanger, soit 8.025.528 tonnes, la progression du volume manipulé n'est plus que de 7,1% contre 5,6% à fin septembre.
Totalisant 23.891.253 tonnes, les importations ont marqué une hausse de 36,4% due essentiellement aux céréales (+72,3%), au charbon (+63,2) et au soufre (+5,7%).
Les exportations ont augmenté, elles, de 24,9% pour s'établir à 20.446.649 tonnes, suite à l'accroissement des engrais, du trafic unitarisé et de l'eau potable.
L'analyse des mouvements de marchandises par groupe de produits laisse apparaître une baisse de 2,1% du trafic "divers". En revanche, les autres catégories se sont toutes inscrites en hausse.
Ainsi, et avec 43,4% du volume global des échanges, les vracs solides se sont accrus de 16,8% à 19.245.469 tonnes. Cette variation découle des céréales (72,3%), du charbon (63,2%) et du soufre (5,7%). Elle aurait pu être plus importante si les exportations de phosphate brut n'avaient baissé de 1,4%.

De leur côté, les vracs liquides ont enregistré un bond de 67,2% pour atteindre environ 18.919.908 de tonnes. Cette forte évolution est imputable aux seuls trafics d'ammoniac (+5,1%) et d'eau potable. Elle a en fait permis de couvrir la baisse des autres vracs liquides: -3,7% dont 4,4% à l'import et -2,3% à l'export.
Le recul des importations résulte des hydrocarbures (-4,6%), des exportations de l'acide phosphorique (-0,6%) et des produits pétroliers (-6,4%)
Concernant le trafic unitarisé, le tonnage traité à fin octobre s'est monté à 3.089.108 tonnes, soit 4,7% de plus que les dix premiers mois de 1994.
Cette progression n'a pas profité à tous les postes de ce trafic, puisque seuls les mouvements de marchandises par conteneurs se sont améliorés (+14,8% à près de 1,7 million de tonnes). Les trafics roulier (RoRo) et TIR (transport international routier) ont donc marqué la pas: -5,3% à 1,4 million de tonnes pour le premier et -3,4% à 1,19 million de tonnes pour le second.

Comme pour les mois précédents, l'évolution du trafic global par port est contrastée. Les taux de progression relevés à fin octobre oscillent entre 3,6% pour Laâyoune et 255,9% pour Tanger. En dehors de ces deux ports, cinq autres ont vu leur trafic s'améliorer. Il s'agit de Jorf Lasfar (+124,5%), Nador (+16%), Safi (+6,9%), Casablanca (6%) et Dakhla (4,9%).Les ports de Kénitra, Mohammédia, Agadir et Tan-Tan auront donc affiché une baisse d'activité par rapport aux dix premiers mois de l'année dernière. Celle-ci est comprise entre 21,9% pour Kénitra et -5,1% pour Mohammédia.
Pour ce qui est enfin du trafic passagers, le port de Tanger a vu transiter 1.271.270 personnes cette année contre 1.439.655 à fin octobre 1994. Alors que les croisières sont en hausse (+17% à 48.517 passagers), les arrivées et sorties ont diminué de 10,8 et 14,4% à 631.181 et 591.572 passagers.


Hakima EL MARIKY.

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc