×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Economie

    Tourisme
    Les opérateurs misent sur les marchés émergents

    Par L'Economiste | Edition N°:2925 Le 22/12/2008 | Partager

    . Des campagnes de promotion tous azimuts. Culture et tourisme, des niches à développer L’ORGANISATION mondiale du tourisme (OMT) maintient ses prévisions à long terme. Malgré une conjoncture économique difficile, l’Organisation estime que le secteur passera le cap, s’il opère les mutations adéquates. Comment le Maroc pourra-t-il tirer son épingle du jeu? Michel Julian, administrateur de programmes de la section études de marché, compétitivité et commerce des services touristiques à l’OMT, est plutôt confiant. Le Royaume dispose d’atouts indéniables, toutefois il ne s’agit pas de «dormir sur ses lauriers». Ainsi, Julian appelle à diversifier l’offre touristique pour attirer les nouveaux marchés émetteurs. Pour cela, «il faut aller chercher de nouveaux segments de clients en créant de nouveaux produits». D’ailleurs, pour les experts de l’OMT chargés des marchés, le pays s’en est bien sorti. Ils donnent, en exemple, la situation de la destination qui affiche une croissance des arrivées cumulées de 8%, de janvier à août 2008. «Par ces temps de crise, c’est une performance absolue», assure Julian. Et de préciser qu’il faudra, néanmoins, «fournir plus d’efforts pour se protéger des effets de cette crise». «Comment», se demandent les professionnels présents au 4e forum Sport et tourisme organisé par les voyagistes casablancais, mercredi 17 décembre (cf. www.leconomiste.com).«La destination a tout ce qu’il faut: une ressource culturelle très forte et très identifiante, mais aussi une niche sportive riche et très variée», renchérit Claude Origet du Cluzeau, conseiller en économie du tourisme et de la culture. Reste à renforcer la promotion sur les marchés émetteurs et plus particulièrement les amateurs de sport. Une clientèle généralement à fort pouvoir d’achat. «Le tourisme sportif et culturel est relativement indifférent aux crises.D’autre part, l’étude prospective de l’OMT, qui prévoit des arrivées internationales de l’ordre du 1,6 milliard en 2020 dont 1,2 milliard correspondant à des voyages intrarégionaux. Les mêmes prévisions affichent une croissance de 5% par an pour l’Asie de l’Est et du Sud, le Pacifique et l’Afrique. A noter que la moyenne mondiale sera de 4,1%. L’Afrique passera devant le Moyen-Orient et l’Asie du Sud avec des arrivées de près de 77 millions de touristes. La part de l’Europe, actuellement 60% des arrivées, tombera à 46% en 2020. B. T.

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc