×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs LE CERCLE DES EXPERTS Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière

Economie

Tourisme: Les TO préparent leur offensive pour la nouvelle saison
De notre envoyée spéciale à Deauville, Badra BERRISSOULE

Par L'Economiste | Edition N°:1610 Le 26/09/2003 | Partager

. La conjoncture défavorable de la saison bouclée laisse encore un goût amer. Les opérateurs de Marrakech fortement présents au Salon de DeauvilleC'est le rendez-vous de référence pour les opérateurs touristiques, à commencer par les professionnels de l'Hexagone. Le salon professionnel Top Résa qui se tient à Deauville en France inaugure la saison touristique tout en fêtant un quart de siècle d'existence. Il a ouvert ses portes hier 25 septembre pour se poursuivre jusqu'au 27 du même mois dans une conjoncture tout de même peu favorable à l'activité. La saison bouclée a eu son lot de “catastrophes sur le plan touristique”: récession économique, guerres, épidémies, attentats... Bref, une saison pas trop encourageante pour ce secteur et ce, partout ailleurs. D'après l'OMT (Organisation mondiale du tourisme), ce sont des baisses internationales depuis 2001 contre une hausse de plus de 7% en 2000. En Europe, l'attentisme des consommateurs s'est traduit en 2003 par une baisse de l'activité touristique dans la majorité des destinations européennes. Dès le début de la guerre en Irak, la plupart des pays ont enregistré une dégringolade de leurs chiffres. En Afrique et au Moyen-Orient qui présentent des caractéristiques assez similaires, sous l'effet de la guerre en Irak, les chutes y ont été assez importantes en mars. En milieu d'année, les pertes étaient déjà plus limitées. Ce n'est pas le cas du Maroc où les attentats du 16 mai dernier ont porté un coup dur au tourisme. Mais comme toute activité qui doit composer avec les aléas de conjonctures, celle du tourisme y fait face. Les opérateurs veulent s'en persuader, même si la reprise tarde à arriver. A l'hippodrome de Touques à Deauville, ce sont pas moins de 1.300 marques dont 384 françaises et 900 enseignes internationales et près 21.000 professionnels qui exposent leurs produits. Tout se trame ici en quelque sorte, bien que ce ne soit pas un rendez-vous d'affaires. Il est plus question de peaufiner les contrats et les brochures. L'hippodrome de Touques est cette année marqué par une rentrée qui fait peur à beaucoup de TO (notamment français). Celle du premier TO mondial TUI qui occupe à lui seul, avec tous ses produits annexes, la moitié de l'espace d'exposition. Ce voyagiste allemand qui déclare ainsi ses intentions d'abord sur le marché français (il contrôle depuis peu à 100% Nouvelles Frontières, intègre pratiquement tous les métiers du tourisme, comme l'aérien avec 78 avions, contre une trentaine pour la RAM par exemple, les hôtels ainsi que les réceptifs). L'arme des économies d'échelle fait en effet que les grands TO ont des tarifs très agressifs. Au Maroc, TUI à travers NV vient d'obtenir l'autorisation d'utiliser sa propre flotte aérienne Corsair à partir de décembre prochain. A Marrakech, plus grand réceptif des touristes français, il a également conclu un contrat avec l'Oasis Club (groupe Kenzi) pour une centaine de chambres. Autre voyagiste, le british allemand, Thomas Cook qui se prépare à une grande offensive pour cette rentrée touristique. Il a déjà investi cette année à Agadir. Lui aussi dispose d'une flotte aérienne et peut absorber les petits opérateurs et notamment ceux en difficultés. Un groupe comme FRAM, premier sur le marché marocain à titre d'exemple et aussi en Tunisie, pense qu'il faut maintenir le cap. “Nous affrontons cette concurrence en développant la qualité, la réactivité et par une légère intégration qui va de l'aérien jusqu'à la distribution. Le but étant d'apporter toujours plus de valeur ajoutée à notre produit. La deuxième arme est la mobilisation totale de l'ensemble des collaborateurs qui sont motivés à décliner cette stratégie”, avait déclaré Georges Colson, président de FRAM, en mai dernier. C'est apparemment avec toujours le même esprit qu'il aborde cette session. A Deauville, ce n'est pas sans grande appréhension et beaucoup d'espoir que l'on aborde cette saison. La répartition des exposants elle-même (20% des producteurs d'hôteliers, 19 % pour les Offices de tourisme, 15 % de transporteurs, 10 % de réceptifs, 8 % de services…) le suggère d'ailleurs. Au tiers, ce sont les Européens les plus présents. Le reste des exposants est issu de l'Afrique (13%), Proche et Moyen-Orient (11 %), Asie 10 % et Amérique du Sud/Centrale (9 %). C'est dire les opérations de charme menées dans ce salon...

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc