×L'Editorialjustice régions Dossiers Compétences & RH Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste prix-de-la-recherche Prix de L'Economiste Perspective 7,7 Milliards by SparkNews Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
eleconomiste

Economie

Tourisme: Les nouvelles niches aux Etats-Unis

Par L'Economiste | Edition N°:1659 Le 10/12/2003 | Partager

Le président de l’ASTA (American Society of travel Agents, association qui regroupe plus de 20.000 voyagistes) a effectué récemment une visite au Maroc. Il délivre quelques pistes pour mieux vendre le Maroc aux touristes américains.. L’Economiste: Le marché américain représente quelque 140.000 touristes annuels pour le Maroc. Qu’est-ce qui freine encore ce marché? - Richard M Copland: Votre question a une réponse en deux étapes. D’abord le 11 septembre a changé radicalement mais pour une courte durée les habitudes dans les USA. Les Américains préfèrent voyager en famille et souvent aux USA ou encore dans les pays limitrophes. En dehors de ces événements tragiques, il existe plusieurs autres facteurs limitant le développement de la destination. En premier lieu la culture et les connaissances géographiques. Peu d’Américains situent géographiquement le Maroc. Certains, pour vous dire, croient qu’il est au Moyen-Orient. Du reste, beaucoup d’entre eux ne comprennent pas la culture arabe et le monde islamique de manière générale. Comme pour tout pays arabe, la destination Maroc souffre d’une perception négative, liée au terrorisme, à Al-Qaida... véhiculée par certains médias…. Vous avez tenu des réunions avec les responsables et professionnels du tourisme. Qu’attendez-vous d’eux exactement et à quel niveau ? - Je dois d’abord vous dire que j’ai été impressionné par leur visibilité quant au développement touristique du pays. J’ai obtenu, en outre, la promesse du ministre du Tourisme de l’élaboration d’une stratégie pour le développement du marché américain. Une stratégie à laquelle participera activement l’ASTA. Elle englobe aussi bien des packages attrayants qu’un plan de communication qui touchera tous les Etats américains. Jusqu’à maintenant, le Maroc a été peu agressif en matière de promotion aux USA. . Justement, de votre point de vue de voyagiste, comment peut-on y remédier? - Aujourd’hui, cette communication doit se baser sur trois axes à mon avis. D’abord s faire connaître la région, du point de vue géographique, aux Américains. Ensuite, les sensibiliser quant à la sécurité des pays. Enfin, la grande cible en premier lieu sont les voyagistes qui, eux-mêmes seront les ambassadeurs auprès du citoyen. La destination Maroc est vendable. Elle a des atouts culturels et aussi d’infrastructures. J’entends par-là des hôtels de luxe comme celui de la Mamounia internationalement connue. Il existe des niches comme celui du tourisme de golf qui intéresserait particulièrement les Américains pour qui le golf est un sport populaire par exemple. Il faut également capitaliser aujourd’hui sur des décisions politiques et économiques qui augmenteront la cote du Maroc. . En tant que président de la plus grosse association du monde des voyagistes, que pouvez-vous apporter au Maroc ? - L’association que je préside comprend quelque 20.000 voyagistes et nous allons nous associer à cette stratégie du ministère du Tourisme marocain. Nous sommes d’ailleurs invités en mars à organiser notre conseil d’administration dans ce pays. Nous allons aussi organiser notre congrès annuel à Marrakech. Cette dernière joue un rôle important dans le développement d’une destination. Cela a été prouvé en Egypte ou encore au Portugal où la croissance a été de plus de 20% .Propos recueillis par Badra BERRISSOULE

  • SUIVEZ-NOUS:

  1. CONTACT

    +212 522 95 36 00
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]
    [email protected]

    70, Bd Al Massira Khadra
    Casablanca, Maroc

  • Assabah
  • Atlantic Radio
  • Eco-Medias
  • Ecoprint
  • Esjc