×
  • Compétences & RH
  • Société Brèves International Brèves internationales Courrier des Lecteurs Les Grandes Signatures Documents Lois à polémiques Docs de L'Economiste Docs de Qualité Enquête de Satisfaction Chiffres clés Prix de L'Economiste 2019 Prix de L'Economiste 2018 Perspective 7.7 milliards Earth Beats Solutions & Co Impact Journalism Day cop22Spécial Cop22 Communication Financière
    Affaires

    Tourisme: La CGI investit dans le plan Biladi

    Par L'Economiste | Edition N°:2782 Le 22/05/2008 | Partager

    . Signature hier à la Primature d’une convention dédiée . 400 millions de DH pour aménager la station touristique d’Imi Ouaddar . Plus de 6.000 lits additionnels pour la destination AgadirLa région d’Agadir comptera bientôt une nouvelle station touristique. La convention relative à l’aménagement et au développement de la zone d’Imi Ouaddar, dans le cadre du plan Biladi (cf. www.leconomiste.com), a été paraphée hier au siège de la Primature par les représentants du gouvernement et ceux de la Compagnie générale immobilière (CGI). L’entreprise, retenue suite à un appel d’offres, envisage d’investir dans cette station touristique une enveloppe de 400 millions de DH. L’objectif est la mise en place de nouveaux produits adaptés aux besoins des touristes nationaux. C’est sur une assiette foncière de 33 ha environ, un terrain proposé par le Centre régional d’investissement d’Agadir (CRI), que seront aménagés des établissements touristiques. Au programme, plus de 6.000 lits, sans compter le volet résidentiel. Dans le détail, le plan de valorisation prévoit un total de 284 appartements en résidences hôtelières ainsi que 1.030 emplacements de camping. Au niveau des résidences immobilières de promotion touristique, 480 appartements sont prévus. Auxquels s’ajoutent 300 autres logements. Pour ce qui est des délais de réalisation, la composante touristique de ce programme devrait être finalisée dans 36 mois à compter de la date de signature de la convention de mise en valeur. Le démarrage des travaux d’aménagement est prévu dans huit mois et ceux de valorisation des établissements touristiques dans 11 mois, Pour l’heure, il s’agit pour l’investisseur de constituer, dans un délai de deux mois, la société d’aménagement et de valorisation d’Imi Ouaddar (Savio). L’entité aura pour objet principal la réalisation de l’aménagement et la valorisation de la nouvelle station touristique d’Imi Ouaddar (NSTIO) et sa promotion. Par ailleurs, la Savio sera également en charge de la commercialisation et de la gestion de la station, est-il indiqué. Parmi les autres engagements de l’investisseur avant de se lancer dans les travaux, la réalisation d’une étude d’impact. Une démarche qui devrait être bouclée dans un délai de trois mois. L’investisseur s’engage aussi à assurer la promotion de la Nstio auprès des acteurs du tourisme, à savoir les chaînes hôtelières, les tour-opérateurs, les gestionnaires d’équipements de loisir et d’animation. La démarche se fera à travers une campagne de promotion dotée d’un budget de deux millions de DH. Au niveau de la commercialisation, plusieurs principes et dispositions ont également été énoncés dans la convention de la Nstio. Il s’agit notamment des prix de vente des nuitées dans les établissements touristiques qu’abritera la station d’Imi Ouaddar. Ainsi, toutes catégories confondues (résidences hôtelières et campings), le tarif de la nuitée dans un des établissements envisagés sera compris entre 100 et 400 DH (TTC). L’objectif est de répondre à la demande de différents types de clientèle.


    Station d’épuration

    La sauvegarde de l’environnement n’a pas été oubliée dans le projet de la nouvelle station touristique Imi Ouaddar (Nstio). Une station d’épuration des eaux usées est au programme et ce dans le respect du calendrier de réalisation. Un terrain en dehors de l’assiette foncière de la station devrait être identifié par le gouvernement pour accueillir cette infrastructure. En cas de défaillance du gouvernement, l’investisseur s’engage tout de même à doter le site d’un système d’épuration des eaux usées, est-il indiqué.


    Objectifs

    Les objectifs assignés au plan Biladi à travers le Royaume visent à augmenter le nombre de voyages vacances, au nombre de 5,9 millions en 2003, pour les porter à 7,2 millions en 2010. Le tout sera de faire basculer, in fine, une partie de la demande utilisant l’hébergement commercial informel et l’hébergement gratuit vers les futures résidences hôtelières verticales ou horizontales. Le gouvernement a promis d’investir en moyenne 200 millions de DH par zone pour y ériger des résidences touristiques ou villages de vacances familiaux, des campings standardisés, des commerces et des loisirs. Rappelons que 8 nouvelles stations sont inscrites dans le plan Biladi pour une capacité totale de 19.000 lits. Malika ALAMI

    • SUIVEZ-NOUS:

    • Assabah
    • Atlantic Radio
    • Eco-Medias
    • Ecoprint
    • Esjc